ART | EXPO

La traversée des apparences

01 Oct - 10 Nov 2016
Vernissage le 30 Sep 2016

L’exposition « La traversée des apparences » rassemble à l’espace d’art le Portique, au Havre, les œuvres de vingt artistes contemporains. Peintures, dessins, collages, sculptures, photographies, sérigraphies, installations et performances invitent à voir au-delà de ce que les œuvres laissent paraître.

Les œuvres de vingt artistes contemporains, peintures, dessins, collages, sculptures, photographies, sérigraphies, installations et performances, sont réunies dans l’exposition « La traversée des apparences » à l’espace d’art le Portique, au Havre.

La traversée des apparences de l’art contemporain

L’exposition est placée sous l’égide d’un titre emprunté au premier roman de Virginia Woolf. Les œuvres invitent à « la traversée des apparences » de l’art contemporain, qui n’est que rarement ce qu’il paraît être. Elles explorent sa nature ambiguë en mettant à jour ses ressorts de séduction et ceux de la perception de l’image.

Les œuvres d’Aurélien Boiffier incarnent parfaitement le leitmotiv de l’exposition. Derrière les apparentes simplicité et beauté de ses images qui relèvent à la fois de la peinture, du dessin, du collage et de la sculpture, se cachent en effet des réalités souvent moins attrayantes. L’œuvre intitulée Renversement de la possession du monde 3 semble être le dessin d’un papillon ; il s’agit en fait d’un véritable papillon qui a été pressé sur papier. L’ensemble de sculptures Musique des chambres reproduit tous les instruments d’un quatuor à cordes mais avec des os pour matière première. Le dessin d’une chouette a été réalisé au sang. Sous la beauté de l’art guettent l’horreur et la mort.

Les photographies de Sylvaine Branellec se nourrissent de la matière qu’elles captent au plus près. La démarche rejette tout discours ou concept pour privilégier un rapport physique avec cette matière, pour faire naître des évocations, des échos de souvenirs, plus que du sens.

Vingt artistes qui reflètent le dynamisme de la création contemporaine

Les représentations de plantes d’Akira Inumaru prolongent le geste du dessinateur en utilisant la chaleur solaire par le biais d’une loupe. Les brûlures ainsi provoquées sur le papier forment des fleurs. Une technique qui renouvelle les possibilités créatives en même temps qu’elle met en perspective les mécanismes naturels. Le soleil, indispensable à la vie des plantes, devient aussi l’élément créateur de fleurs imaginaires.

Les vingt artistes sont les lauréats des années 2014 et 2015 des aides à la création du ministère de la culture et de la communication et de la région Normandie. En plus de refléter le dynamisme de la création plastique de la région, l’exposition porte un projet éducatif. Les enseignants sont en effet invités à venir choisir parmi les artistes présentés ceux avec lesquels ils souhaitent travailler dans le cadre d’un dispositif qui verra les établissements scolaires et universitaires accueillir jusqu’à trois artistes au sein de leurs classes durant toute l’année.

Commissaire: Jérôme Felin