LIVRES

La Figuration narrative

Recueil des textes de celui qui fut le théoricien de la Figuration narrative : Gérald Gassiot-Talabot. Critiques et monographies contribuent à prouver l’importance de ce mouvement et l’interaction voulue entre art et politique.

— Éditeur : Jacqueline Chambon, Nîmes
— Collection : Critiques d’art
— Année : 2003
— Format : 14 x 20,50 cm
— Illustrations : aucune
— Pages : 250
— Langue : français
— ISBN : 2-87711-247-0
— Prix : 21 €

Préface : Figuration narrative/Peinture politique
par Jean-Louis Chalumeau (extrait, p. 6-7)

Les artistes réunis par Gassiot-Talabot dans ses expositions historiques de 1964-1965 avaient en commun certaines préoccupations formelles qui étaient à l’origine de sa réflexion théorique : « est narrative toute œuvre plastique qui se réfère à une représentation figurée dans la durée, par son écriture et sa composition, sans qu’il y ait toujours à proprement parler de récit » avait-il encore écrit (« Bande dessinée et Figuration narrative », avril 1967). C’était incontestable, mais comment ne pas voir, dès le départ, qu’il s’agissait avant toute chose d’un combat que l’on peut qualifier de politique, fédérant des créateurs aux styles très différents, et non pas du souci de figurer plus ou moins la durée. L’avenir allait le confirmer, et Gassiot-Talabot en prendrait acte dans son dernier grand texte, en 1996, pour le catalogue de l’exposition Face à l’Histoire du Centre Pompidou. Il y évoquerait notamment fort à propos un texte de Pierre Gaudibert. Ce dernier, chargé de sélectionner des représentants de la figuration dite « critique » en 1992, avait fait appel à pas moins de onze peintres de la Figuration narrative, expliquant que « nous sommes en présence d’un courant d’expression qui restreint le champ de la Nouvelle figuration, sans jamais former un groupe, mais un simple regroupement arbitraire de ceux qui voulaient redonner à la peinture une fonction politiquement active… » L’essentiel était dit, et il me paraît important que Gérald l’ait approuvé. Cela aidera à clarifier la relation longtemps ambiguë entretenue par la Figuration narrative et la Nouvelle figuration.

(Texte publié avec l’aimable autorisation des éditions Jacqueline Chambon)

L’auteur
Gérald Gassiot-Talabot est né en 1929 et mort en 2002. Éditeur (responsable des Guides bleus et directeur des éditions du Chêne au sein du groupe Hachette), haut fonctionnaire (délégué adjoint aux arts plastiques, inspecteur général de la création au ministère de la Culture), et surtout critique d’art, il fut le théoricien de la Figuration narrative et le co-fondateur de la revue Opus international.