ÉDITOS

La culture : entre offre et demande

PAndré Rouillé

La lettre de mission que le Président de la République a adressée le 1er août dernier à la ministre Christine Albanel, constitue un véritable «big bang dans la culture» (voir l’éditorial n° 204 du 6 sept. 2007). Si le mot fétiche de «rupture» n’y figure pas explicitement, il est en revanche amplement décliné. On parle tour à tour de «nouveau souffle» pour la politique culturelle, de «moderniser en profondeur l’action culturelle de la France» ; on en appelle à une «politique culturelle nouvelle», et à mettre en place une «administration rénovée, moderne».
La refonte des méthodes de l’administration, et la limitation de ses compétences, de ses moyens et de ses pouvoirs constituent en effet l’une des grandes préoccupations de la politique nouvelle en matière de culture.
Et si l’on doutait de la détermination présidentielle, le ton presque comminatoire de l’ensemble serait là pour lever tous les doutes

.

Un aspect majeur de la doctrine présidentielle passe dans la lettre de mission par le recours au lexique économique, par cette façon de traiter de la culture en termes d’offre et de demande. La «démocratisation», le cœur de la «politique culturelle nouvelle», exprime la priorité accordée au public (la demande), à rebours des orientations antérieures qui, elles, auraient été «davantage attachées à augmenter l’offre qu’à élargir les publics».
Après vingt-cinq ans de politique culturelle accusée d’avoir été trop favorable à l’offre — c’est-à-dire aux créateurs, aux professionnels et à l’administration —, c’est au public qu’il s’agit désormais de s’adresser en priorité. Y compris en redéfinissant les critères d’attribution des «aides publiques à la création» qui doivent désormais «favoriser une offre répondant aux attentes du public».

Ces orientations s’inscrivent dans l’attention toute particulière qui est, dans une très clientéliste ambiguï;té, ostensiblement accordée, par le Président lui-même, à toutes les catégories de publics dont il veut être le protecteur: les consommateurs (dans le commerce), les usagers (dans les transports), les victimes (dans la justice), les contribuables (dans la fiscalité), les malades (dans la médecine), et tous les accidentés de la vie auprès desquels il se précipite pour leur manifester son soutien ou sa compassion, au risque du populisme.

Si la politique culturelle de la demande («répondant aux attentes du public») s’inscrit manifestement dans une orientation politique plus globale, si elle présente en outre pour le Président l’immense avantage d’exemplifier la notion de rupture, et si elle permet enfin de souligner «les lacunes et les ratés» des politiques antérieures, socialiste et chiraquienne, elle présente toutefois l’immense inconvénient d’être inadaptée au domaine de la création.
Autant, en effet, les consommateurs, les usagers, les victimes, les contribuables ou les malades obéissent chacun à une attente précise, individuelle et explicite à laquelle une politique peut vouloir répondre cas par cas ou secteur par secteur; autant la création dans les domaines de l’art et de la culture n’est création que dans la mesure où elle précède, déjoue, surprend, et prend à rebrousse poil les «attentes du public».

Fonder une politique culturelle sur le principe d’une «offre répondant aux attentes du public» relève de la démagogie, ou de la mécompréhension des mécanismes de la création, en tous cas cela revient à ravaler la création au niveau de la plate consommation.
Or, la création ne vise pas à répondre à une attente ou à une logique consumériste du «satisfait ou remboursé». Elle n’est pas refermée sur la satisfaction de besoins circonscrits, mais au contraire largement ouverte sur des horizons insoupçonnés.

La nouvelle doctrine en matière de «démocratisation culturelle» tend donc à abaisser et circonscrire les forces toujours intempestives de la création au niveau des attentes nécessairement convenues, et refermées sur le déjà-connu, d’un «public» aux contours vagues, dont les désirs en matière de culture sont évidemment aussi limités que mal formés. Car les «attentes» ne sont que l’autre face des compétences culturelles et artistiques acquises, nullement un repère en soi assez stable et qualitatif pour soutenir une politique.

Le Chef de l’État a raison de vouloir que soient prises résolument en compte les «attentes du public» (la demande). Mais sa méthode est mauvaise. Il faut procéder différemment. Non pas s’aligner sur de supposées «attentes du public» — qui en réalité n’existent pas! —, mais se fixer pour projet ambitieux de les susciter et de les porter au plus haut niveau possible. Il s’agit donc d’accompagner le plus grand nombre vers les univers inouï;s — insoupçonnés et inattendus — de formes, de postures et de pensées que les créateurs ouvrent hors des chemins coutumiers et balisés de la culture de masse.

Il n’est dès lors plus question de «rupture», d’inverser les priorités en substituant la demande à l’offre. Il importe au contraire de tisser patiemment entre la création et le public un réseau vivant d’échanges et de dialogues. Car la «démocratisation culturelle» n’opère vraiment qu’à la conjonction d’une création forte et dynamique, et d’un «public» dûment stimulé, informé, éduqué, et virtuellement impliqué dans l’acte créateur lui-même — en tant que «créateur immanent» aurait pu dire Mikhail Bakhtine.

Cette vision dialectique de la «démocratisation culturelle», distincte de l’ancienne politique de l’«offre» comme de la nouvelle politique de la «demande», n’est guère compatible avec les principes comptables désormais en vigueur dans l’administration. Peut-on en effet croire que les économies réalisées sur le fonctionnement des administrations de la culture — fussent-elles «rendues plus efficaces et moins coûteuses» —, suffiront à financer «l’aide à la création et la démocratisation culturelle»?

Si la rigueur comptable, voulant que désormais «chaque euro dépensé soit un euro utile!», devait faire sombrer la «démocratisation culturelle» dans les limbes des pieuses intentions, un objectif politique serait toutefois atteint: placer la culture sous la terrifiante souveraineté de l’«utile», de la loi de l’offre et de la demande, des marchandises ordinaires…

André Rouillé.

_____________________________
Julius Popp, Bit Flow, 2006. Acier inoxydable, plexiglas, logiciels, ordinateurs, dispositifs électroniques et impressions. Dimensions: Robot : 80 x 60 x 46 cm; Table: 90 x 180 x100 cm. Courtesy galerie Jocelyn Wolff, Paris. Photo: François Doury.

Lire
Lettre de mission du Président de la République, adressée à Mme Christine Albanel, Ministre de la Culture
Éditorial n° 204 : «Big bang dans la culture»

AUTRES EVENEMENTS ÉDITOS