DESIGN | OBJET

La collection Un & Deux de Marie Christine Dorner pour Ligne Roset

11 Fév - 30 Juin 2016
Vernissage le 11 Fév 2016

La designer française Marie Christine Dorner signe la collection Un & Deux pour Ligne Roset. Cette collection est constituée de plusieurs éléments taillés en «U», de formats, de couleurs et de matières différentes, qui s’assemblent pour former soit une table basse, soit un bout de canapé.

La nouvelle collection de Marie Christine Dorner éditée par Ligne Roset, Un & Deux, est constituée d’une table basse et d’un bout de canapé. Un & Deux consiste en une déclinaison d’une forme unique, le «U» à angles droits, en différentes tailles, positions et matières. Ainsi la table basse accumule trois «U» de formats divers, respectivement en verre bleu, placage aspect chêne fumé ou chêne ton noir.

A utiliser dissociés ou combinés, les «U» peuvent être positionnés dos à dos ou alignés, à la guise de leur propriétaire. Chaque «U» offre en outre un double plateau de rangement, chaque plateau supérieur étant décliné à une hauteur distincte. Le bout de canapé associe quant à lui deux «U» de formats différents, inversés pour s’emboîter l’un dans l’autre: on obtient ainsi une petite table d’appoint en verre bleu, tandis que le fond du deuxième «U» en placage aspect chêne fumé sert de réceptacle porte-revues.

Diplômée de l’école Camondo où elle enseigne aujourd’hui, Marie Christine Dorner s’en va faire le tour du monde à l’âge de 25 ans. Elle passe notamment toute une année à Tokyo où elle rencontre Teruo Kurosaki. Pour sa société Idée, ce dernier lui commande en 1986 une collection de meubles en acier plié, inspirés de l’origami. De retour en France, la designer réalise le chantier de l’hôtel La Villa, hôtel «design» parisien, et le restaurant de la Comédie Française.

En 1990, Marie Christine Dorner conçoit la tribune présidentielle du 14 juillet, dont elle assure encore aujourd’hui la maîtrise d’œuvre. En 1996, elle s’installe à Londres. Depuis son retour à Paris fin 2008, elle a dessiné des projets commerciaux (boutiques d’art de la table à Casablanca et Bakou), résidentiels (nombreux appartements dont une maison de 1200 m2 pour des collectionneurs à Bruxelles), de bureaux (Centre National du Livre) et autres éditions.

En 2004, son exposition «Une forme / One shape», simultanément présentée à Paris et Tokyo, a marqué un tournant: elle développe le concept «Matière matters» («La matière compte») qu’elle poursuit encore aujourd’hui. Pour Marie Christine Dorner, le design doit se penser comme un art où la matière est «première»: la recherche de la beauté ne vise pas forcément la recherche de nouvelles formes mais plutôt à révéler l’essence des choses pour montrer en quoi tout matériau est noble quand il est bien travaillé. Sa devise: faire de chaque création un objet précieux, qu’il soit en or ou en bambou; d’où l’idée de formes simples déclinables en différentes tailles et différents matériaux.