PHOTO | EXPO

Krisis

11 Avr - 31 Mai 2014
Vernissage le 11 Avr 2014

Didier Ben Loulou et Yann Dumoget ont pris le temps nécessaire pour appréhender la situation de crise à laquelle Athènes est actuellement confrontée. Loin de l’imagerie convenue et symbolique de la ville, les photographies qu'ils nous livrent dévoilent la misère de la population et les changements qui sont intervenus dans le paysage urbain.

Didier Ben Loulou, Yann Dumoget
Krisis

L’exposition réunit deux artistes, Didier Ben Loulou et Yann Dumoget, qui tous deux interrogent la réalité actuelle de la ville d’Athènes, dans la cadre du 9e «Printemps Balkanique».
Loin de l’imagerie convenue de cette ville, ô combien symbolique, tout aussi loin de la neutralité propre à l’image documentaire, les deux artistes ont en commun d’avoir installé leur travail dans un temps long, un temps empreint de disponibilité, d’éthique artistique et d’humanité. Le temps nécessaire pour appréhender Athènes et la situation de crise à laquelle elle est actuellement confrontée.

Didier Ben Loulou, artiste franco-israélien, s’absente pour un temps des rues de Jérusalem, Tel Aviv ou Jaffa, pour arpenter celles d’Athènes. C’est cependant avec la même attention que l’artiste questionne les mythes de cette ville, tout en la confrontant à la fragilité de l’époque et du monde actuel. Loin de tout cliché, Didier Ben Loulou livre des images qui dévoilent la misère d’une population laissée pour compte, la pollution, l’immigration de masse, la saleté, l’attente, les regards fermés. De ces images dures, surgit cependant une beauté fulgurante. Beauté de la vie qui toujours triomphe.

Dans un travail intitulé Silence de la rue, Yann Dumoget s’attache pour sa part à révéler les changements intervenus dans le paysage urbain depuis la crise économique. Ainsi donne-t-il à percevoir l’absence d’images publicitaires à Athènes. Grands formats (quasiment à l’échelle 1), tirés sur papier affiche, puis directement encollés sur les cimaises, les photographies de Yann Dumoget révèlent des supports vides de tout contenu médiatique, arcatures métalliques envahissant des cieux bleu azur, cadres de bois ouvrant sur le feuillage d’un arbre.