DESIGN | EXPO

Sculptures Idylliques

10 Avr - 06 Mai 2019

Dans le prolongement du PAD Paris 2019 (Pavillon des Arts et du Design), la Galerie Mayaro présente l'exposition monographique "Sculptures Idylliques". Soit une exposition co-organisée avec la Galerie tokyoïte Yufuku, réunissant quatorze pièces du céramiste contemporain japonais Ken Mihara.

Le PAD Paris 2019 (Pavillon des Arts et du Design) ouvre demain, pour cinq jours d’effervescence aux Jardin des Tuileries – du 3 au 7 avril 2019. Présente sur l’évènement, la Galerie Mayaro le sera notamment avec des sculptures de l’artiste, artisan et designer japonais Ken Mihara. Se consacrant à la céramique, Ken Mihara développe une œuvre alliant objets utilitaires (vaisselle) et objets contemplatifs (sculptures). Dans une démarche où l’argile et le feu donnent vie à des pièces célébrant la durée. Moment inaugural, le PAD servira d’avant-goût pour l’exposition « Sculptures Idylliques ». Et présentée dans la galerie jusqu’au mois de mai, « Sculptures Idylliques » sera ainsi l’occasion de retrouver quatorze nouvelles pièces de Ken Mihara. Cet accrochage sera la première exposition personnelle de Ken Mihara à Paris, et l’évènement résulte de la collaboration entre la Galerie Mayaro et la Galerie Yufuku (Tokyo).

Exposition « Sculptures Idylliques » de Ken Mihara : céramique contemporaine japonaise

Les visiteurs de TEFAF Maastricht 2019 [The European Fine Art Fair, mars 2019] avaient également pu avoir un aperçu de quelques pièces récentes de Ken Mihara. Via l’élégant stand de la Galerie Yufuku. Poursuivant son périple en Europe, c’est à la Galerie Mayaro, spécialiste des arts de la main, que ces voiliers de céramique feront ainsi escale. Célébrant le rapport à la nature, Ken Mihara travaille l’argile sans l’émailler. La succession des passages au feu, pour la cuisson, confère à la terre des nuances colorées singulières. Faisant ainsi ressortir les composés métalliques. Tons bleutés, noircis, grisés, rougis, orangés… Chaque pièce déploie ses propres gammes de coloris. Et chaque pièce est cuite suivant différentes méthodes, dans un mélange de techniques permettant de créer des assemblages aux accents géologiques. Travail de l’attention et de la durée, Ken Mihara emprunte au bouddhisme le terme Kuon pour intituler ses pièces.

Ken Mihara : entre fonctionnalité et art, un travail de la céramique minimaliste et sériel

Terme abstrait, le Kuon désigne ici quelque chose comme « il y a longtemps, ou loin dans le futur ». Série entamée en 2017, avec Kuon (Aetus) Ken Mihara transcrit l’étirement. Comme si chaque sculpture avait traversé les siècles pour acquérir cette patine colorée. Ou comme si chacune d’entre elles revenait d’un périple lunaire. Longues formes aux courbes légères, finement striées, les pièces de la série Kuon (Aetus) pourrait presque évoquer du béton. Comme autant d’architectures miniatures, prêtes à peupler quelque désert passé, actuel ou à venir. Présenté comme étant l’un des pionniers de la céramique contemporaine japonaise, Ken Mihara développe une œuvre sérielle et minimaliste, centrée sur la matière. Avec un travail de cuisson visant à « libérer les souvenirs prisonniers de la terre ». À découvrir (en partie) au PAD Paris 2019, puis dans l’exposition « Sculptures idylliques ».