ART | EXPO

Instadentity

18 Mai - 15 Juin 2019
Vernissage le 18 Mai 2019

L’exposition « Instadentity » à la galerie parisienne Les filles du calvaire présente un ensemble inédit de peintures de Katinka Lampe. Cette série de portraits de jeunes adultes explore les questions de l’identité et de la représentation à travers la mise en scène narcissique de soi qui a cours sur les réseaux sociaux.

L’exposition « Instadentity » à la galerie Les filles du calvaire, à Paris, dévoile de nouvelles peintures de l’artiste hollandaise Katinka Lampe qui poursuit son exploration de notre rapport à l’identité en s’intéressant cette fois aux réseaux sociaux. Une série de portraits de jeunes adultes renvoie au théâtre narcissique qui se joue dans ces espaces virtuels et place le spectateur face à un questionnement complexe portant sur la construction de l’identité, son expression, sa fausseté et sa multiplicité potentielle.

« Instadentity » : peintures de Katinka Lampe à la galerie Les filles du calvaire

Les peintures de Katinka Lampe s’inscrivent dans le genre du portrait pour mieux en nier l’évidence. Ses représentations de jeunes adultes semblent porteuses d’une grande ressemblance avec leurs modèles et pourtant, cette ressemblance est sans importance : le modèle n’est pas saisi en tant que personnalité mais en tant qu’enjeu. La fidélité au modèle est même ici volontairement biaisée, Katinka Lampe reproduisant par la peinture l’ambiguïté de la représentation à travers les réseaux sociaux.

Katinka Lampe explore l’identité et la représentation à travers les réseaux sociaux

Contraction des mots « Intagram » et « identity », le titre de l’exposition résume le ce qui est au cœur de la nouvelle série de peintures de Katinka Lampe : ses portraits s’éloignent de leurs modèles en les affublant de multiples accessoires et masques, en miroir de la mise en scène de soi narcissique qui a cours dans l’espace virtuel. Ce faisant, l’artiste ne porte pas sur ce phénomène un regard critique ou dénonciateur, mais en fait l’occasion d’un travail de création qui ouvre de multiples questions et réflexions sur la reconnaissance de soi et de l’autre, sur la construction et le travestissement de l’identité. Surtout, l’expression d’une identité virtuelle pose aussi la question de l’identité potentielle : en portant l’accent sur l’image renvoyée par ses modèles et les artifices dont elle les pare, Katinka Lampe met en lumière la réalité plurielle de la personnalité.