ART | EXPO

Diffractions

16 Mar - 13 Avr 2019
Vernissage le 16 Mar 2019

L’exposition « Diffractions » à la galerie parisienne Patricia Dorfmann met à l’honneur les artistes d’origine latino-américaine vivant ou ayant vécu en Europe. Les œuvres de Carla Bertone, Valentina Canseco, Martín Kaulen, Valeria Maculán et Juan Stoppani, toutes associées à l’abstraction géométrique, en révèlent des approches différentes.

L’exposition « Diffractions » à la galerie Patricia Dorfmann, à Paris, réunit les œuvres de cinq artistes d’origine sud-américaine qui vivent ou ont vécu en Europe : Carla Bertone, Valentina Canseco, Martín Kaulen, Valeria Maculán et Juan Stoppani. Son titre, riche de diverses lectures, évoque la décomposition en couleurs pures de la lumière par diffraction, phénomène que l’on associe à des formes géométriques. Les peintures, sculptures, objets textiles des cinq artistes ont en effet en commun d’être nourris par l’abstraction géométrique. Ils en reflètent cependant des approches différentes et la multiplicité de leurs regards et de leurs intentions génère un panorama diffracté.

« Diffractions » : C. Bertone, V. Canseco, M. Kaulen, V. Maculán et J. Stoppani

Les rideaux peints réalisés par Juan Stoppani dans les années 1980 témoigne d’une géométrie perçue comme un exercice poétique qui permet à l’artiste argentin de traduire les passions humaines et de traiter ses thèmes de prédilection tels que la richesse, la cupidité, les icônes du XXe siècle, ses amitiés et ses chats. Les objets textiles de Valeria Maculán, à la limite entre peintures murales et sculptures, personnages et costumes, s’inscrivent dans une recherche sur les rapports entre nature et architecture, géométrie et ornement. Les œuvres de cette artiste née à Buenos Aires en 1968 mêlent l’héritage de l’art concret avec la vision commune d’une ornementation latino-américaine forcément exubérante.

« Diffractions » : des approches différentes de l’abstraction géométrique

Chez Carla Bertone, l’abstraction et la géométrie sont les supports d’un processus cognitif visant à libérer le spectateur de l’impératif actuel de vitesse et à lui faire atteindre une autre conscience de la réalité. La pratique du Chilien Martín Kaulen puise son inspiration dans l’art géométrique précolombien ainsi que dans l’architecture et le design latino-américain. La pratique de l’artiste d’origine brésilo-chilienne Valentina Canseco, du dessin à l’installation, est consacrée aux objets urbains et aux matériaux modestes qui les composent. Par des jeux de déconstruction et de transformation, les morceaux de ces objets du quotidien deviennent des formes abstraites qui font oublier leur usage d’origine.