DANSE | SPECTACLE

Kamuyot

12 Oct - 18 Oct 2019

En 2003, Ohad Naharin crée Kamuyot pour l'ensemble junior de la Batsheva. Pièce pour quatorze danseurs, vive et inclusive, Kamuyot est aujourd'hui reprise par Josette Baïz. Avec sa compagnie, Grenade, elle en réinvente et redistribue l’énergie, aussi communicative que festive.

Ohad Naharin, alias Mister Gaga, c’est un peu la figure clef de la célèbre Batsheva Dance Company. Notamment de par son rôle de pédagogue. Compagnie fondée en 1964 par Martha Graham, Ohad Naharin y devient danseur en 1974. Et c’est en 1990, en sa qualité de nouveau directeur artistique, qu’il y fonde la Batsheva – The Young Ensemble. Soit la Batsheva junior. C’est aussi, pour Ohad Naharin, le lieu de développement et déploiement de sa méthode pédagogique et chorégraphique : la méthode Gaga. Soit une approche à la fois virtuose et instinctive du corps dansant. Ou chaque danseur cultive une écoute profonde de sa propre structure organique. Pièce créée en 2003 pour la Batsheva – The Young Ensemble, Kamuyot, d’Ohad Naharin, est pleine de cette énergie. Aujourd’hui, c’est la chorégraphe Josette Baïz qui la reprend, avec et pour sa compagnie Grenade. Une relecture autre, pour une sorte de ‘Grenade – The Young Ensemble’.

Kamuyot : Josette Baïz reprend la pièce d’Ohad Naharin pour sa compagnie, Grenade

La méthode Gaga d’Ohad Naharin ? Plutôt que d’oblitérer les faiblesses : s’en saisir et les travailler jusqu’à en faire des forces. Sorte de boîte à outils physiques, la méthode Gaga ancre les danseurs dans leur corps, leur présence, leur présent, le présent. Une attention aiguë qui donne aux pièces des textures à la fois excellentes et habitées. Avec Kamuyot, Ohad Naharin a composé une pièce mouvante pour quatorze jeunes danseurs. Spectacle composite, Kamuyot puise à la fois dans Moshe (1999) et Mamootot (2003) d’Ohad Naharin. Mais c’est surtout une pièce festive, qui abolit les frontières entre danseurs et publics. Génériques de séries cultes, reggae, pop japonaise… dans un climat de show collectif, Kamuyot crée de l’inclusion. Maelström de mélodies, les danseurs alternent séquences énergiques et moments retenus. Et quand le groupe danse à l’unisson sur de la musique pop, difficile de résister à l’effet d’entrainement.

Une expérience chorégraphique et pédagogique, aussi inclusive que festive

Chorégraphe et pédagogue, Josette Baïz a fondé le groupe Grenade en 1992. Aventure au long cours, le Groupe Grenade réunit, à la base, de très jeunes danseurs des quartiers nord de Marseille. Aujourd’hui, le Groupe Grenade compte une cinquantaine de jeunes danseurs (entre sept et dix-huit ans). La Compagnie Grenade, créée en 1998, s’inscrit dans le prolongement de cette expérience pédagogique. Avec des danseurs des débuts. Ainsi que de nouveau danseurs, dans une dynamique d’ouverture. École atypique, Grenade fait bouger les lignes de l’apprentissage de la danse contemporaine. Parlant de la reprise de Kamuyot et des nouveaux membres de la compagnie, Josette Baïz souligne son envie de « les ouvrir à une danse fluide et puissante, révéler leurs personnalités, leurs potentiels créatifs et enfin pousser leurs qualités techniques au maximum ». Un projet ambitieux, mené avec passion et précision jusqu’à la très belle scène de Chaillot – Théâtre national de la Danse.