ART | EXPO

Jochen Lempert

28 Juin - 29 Nov 2009
Vernissage le 27 Juin 2009

Jochen Lempert guette la présence animale là où elle est la plus furtive : dans l’environnement urbain en particulier. Nombreux sont les oiseaux perdus dans ses images et semblent nous renvoyer à notre condition d’habitant précaire.

Communiqué de presse
Jochen Lempert
Jochen Lempert

De sa longue formation de biologiste, Jochen Lempert, né en 1958, a conservé l’habitude d’observer le réel sous toutes les coutures, de le soumettre au rayonnement de la lumière, de le soupeser lentement, de l’ausculter.

Depuis qu’il est photographe, il a acquis la faculté de se laisser surprendre de façon désintéressée, de ne pas chercher à comprendre : d’aiguiser au jour le jour sa capacité d’étonnement…

Or c’est par l’observation pour ne pas dire la contemplation que vient l’étonnement chez lui. Et c’est ainsi qu’il guette la présence animale là où elle est la plus furtive : dans l’environnement urbain en particulier.

Nombreux sont les oiseaux perdus dans ses images, par exemple, comme cette silhouette fragile et pourtant majestueuse volant près d’un building inhospitalier et qui nous renvoie à notre condition d’habitant précaire.

Car derrière la question de la présence de l’animal se pose celle de la présence tout court, que les animaux soient isolés ou qu’ils soient vus en groupe : nuée d’oiseaux, d’insectes ou bans de poissons discernables à quelques rides à la surface de l’eau.

Et ce qu’il y a de remarquable chez Lempert, c’est ce sentiment que la présence rime toujours avec une certaine clandestinité, qu’elle est résistance.

Même ses essaims de moucherons ont quelque chose d’une communauté d’individus en danger.

Même lorsque Lempert, pour réaliser un photogramme, pose une luciole sur une feuille de papier photo, le coléoptère n’a de cesse de vouloir s’évader.

Même lorsqu’il glisse des feuilles d’arbre dans le passe-négatif de son agrandisseur, celles-ci révèlent ici ou là des nécroses ou la présence d’insectes parasites.

Enfin, même lorsqu’il visite un museum d’histoire naturelle et qu’il re-photographie à quinze ans d’intervalle le même diorama puis qu’il expose les deux images quasi similaires par le sujet et par le cadrage, tout en apportant sa pierre à la réflexion sur similitude et identité – si prégnante en zoologie et en botanique ou dans ce qu’on sera tenté de voir ici comme leur « pendant » : les sciences dites humaines – l’ellipse temporelle qu’il met en évidence nous interroge sur le rapport entre notre mémoire et notre instinct.

Son accrochage s’inspirera, au château, de l’esprit des cabinets de curiosités.

Vernissage
Samedi 27 juin à 15h.

Evénement
Dimanche 27 septembre à 16h.
Conférence en lien avec l’exposition.

Publication
Un catalogue de 124 pages publié par les éditions Walther König est disponible au prix de 24 €.