ART | EXPO

Jeux & Mensonges

04 Fév - 01 Avr 2017
Vernissage le 03 Fév 2017 à partir de 18:30

L’exposition « Jeux & Mensonges » au Château de Servières réunit les photographies, installations, vidéos, peintures, dessins et sérigraphies de neuf artistes autour de la notion de vérité et de mensonge dans l’art et au-delà.

L’exposition « Jeux & Mensonges » au Château de Servières réunit les œuvres de neuf artistes autour d’une interrogation commune sur la vérité et le mensonge.

L’art, monde de la vérité ou du mensonge ?

Photographies, installations, vidéos, peintures, dessins, sérigraphies… Les œuvres de Lina Banchetti, David Giancatarina, Pauline Bastard, Nicolas Gilly, Jean-Jacques Horvat, Mouren Fils, Diane Guyot De Saint Michel, Florence Jung et Marina Semeria prolongent à leur manière les interrogations de Pablo Picasso, Marcel Duchamp ou encore Orson Welles sur la manipulation qui est à l’œuvre dans l’art.

L’installation vidéo de Pauline Bastard intitulée Alex s’inscrit dans son étude de la construction de l’identité et de la place du moi dans le monde contemporain. Aidée par des scénaristes, des interprètes, des psychanalystes et des anthropologues, Pauline Bastard développe dans ses installations, films et sculptures des narrations complexes. Ici, elle se glisse dans la peau d’une personne inventée dont elle rend l’existence aussi apparemment réelle que possible.

Des dessins au crayon datant de la fin du XIXe siècle participent à la réflexion sur l’authenticité de l’art. Signés par un certain Mouren, ils seraient, selon les résultats de quelques recherches, l’œuvre du fils ou du neveu de P. Mouren qui s’occupait de l’embarquement et du débarquement de marchandises dans le port de Marseille dans les années 1890. Les dessins sont souvent inachevés, laissant penser que leur auteur devait revenir à son activité principale, l’établissement des billets de bord. L’activité non officielle devient acte de faussaire lorsqu’une ancre est accolée à sa signature, ce symbole étant réservé aux peintres de la Marine.

Au-delà de l’art, la part du mensonge dans la politique et l’économie

L’installation Great Graphs de Diane Guyot de Saint Michel est composée de panneaux blancs accrochés au bout de perches et posés le long d’un mur, telles des pancartes qui viendraient d’être brandies dans une manifestation. Sur chaque panneau est projeté une phrase différente : « That’s a wonderful idea », « Numbers don’t lie ! », « I admire this »… Avec humour, l’œuvre croise art et activisme, réalité culturelle et réalité sociale. En détournant les codes et langages propres aux deux sphères, elle met en lumière les rapports ambigus entre le monde socio-économique et la vie culturelle.

L’œuvre de Diane Guyot de Saint Michel est porteuse d’une critique acerbe de la situation politique, sociale, économique et culturelle, dans laquelle les critères de valeur sont brouillés. Elle rejoint le propos de l’exposition qui invite à dépasser le cadre de l’art contemporain pour s’interroger sur la notion de vérité dans les domaines plus larges de la société comme la politique ou la finance.

AUTRES EVENEMENTS ART