ART | EXPO

Jeppe Hein

26 Oct - 20 Jan 2008

En s’inspirant du minimalisme et de l’art cinétique, Jeppe Hein interroge la place et les perceptions du spectateur par une série d’œuvres réagissant à des capteurs de présence.

Communiqué de presse
Jeppe Hein

Comme Chloe Piene qui expose dans une autre aile du Carré d’art, Jeppe Hein (né en 1974) travaille sur les conditions d’appréhension de l’oeuvre et de l’espace. Avant même d’être une expérience artistique, l’oeuvre est une expérience réelle qui s’adresse au corps et est une invite à regarder au-delà de la transparence de la forme.

L’exposition de l’artiste danois Jeppe Hein est centrée sur le thème de la réflexion. Il reprend les formes géométriques simples du minimalisme et certains des intérêts de l’art cinétique des années 60 notamment par l’utilisation de matériaux et technologies comme les néons, le métal chromé, les miroirs ; le travail s’établit en retrait de la personne de l’artiste.

Mais à la confrontation intellectuelle du spectateur à un objet artistique constant qui lui fait face, prôné par le minimalisme, Jeppe Hein substitue l’intervention du public parfois à son insu puisque de nombreuses oeuvres sont mises en mouvement par capteur de présence. L’une des sources revendiquées de l’oeuvre est le parc d’attraction avec l’incitation constante qu’il y a pour le public à réagir à ce qu’il voit.

S’il insuffle mouvement et humour dans les formes de l’abstraction minimale, Jeppe Hein peut surprendre aussi par la violence ou le sentiment d’incertitude jeté sur un monde où les formes réputées les plus stables comme le cube ou la sphère se mettent soudain en mouvement.