DANSE | SPECTACLE

The Practice of Love

30 Oct - 30 Oct 2019

Connue comme chanteuse et compositrice, Jenny Hval n'en explore pas moins la performance. Avec The Practice of Love, au Centre Pompidou Paris, elle livre une pièce pluridisciplinaire conjuguant musique, chant, vidéo et danse. Pour une immersion sensible dans le voix et le mouvement.

Après le MoMA PS1 (Museum of Modern Art, à New York) en mars 2018, Jenny Hval vient performer au Centre Pompidou Paris. Musicienne, chanteuse, interprète, autrice… La norvégienne Jenny Hval ouvre des brèches entre pop électro et art contemporain. Avec The Practice of Love (2019), elle livre une performance entrelaçant musique, vidéo et chorégraphie. Et ce, dans le sillage de son nouvel album éponyme. Expérience immersive, Jenny Hval a présenté cette création en première mondiale le 20 septembre 2019 à Ultima (festival de musique contemporaine, à Oslo). Spectacle inclusif, The Practice of Love déploie ainsi un paysage où se mêlent lumières, voix, projections, sonorités, couleurs… En marge du concert, la pratique de Jenny Hval questionne plutôt les processus d’écriture et le performatif. Sur scène, The Practice of Love mobilise six performeurs. Jenny Hval bien sûr. Mais aussi le chorégraphe Orfee Schuijt, le compositeur Havard Volden, la vidéaste Jenny Berger Myhre et les danseuses Laura Jean Englert et Vivian Wang.

The Practice of Love de Jenny Hval : une performance plurielle au Centre Pompidou

Les performeurs sont également accompagnés par les sonorités du musicien Espen Reinertsen, au saxophone. Pièce multidisciplinaire, Jenny Hval y explore les ponts entre musique, littérature et mouvement. Là où les voix, les sons et même les corp, se changent en texte. Dans un processus frôlant une forme de transe ou de magie, autrement dit : laissant la part belle à l’intuition. Pièce sensible explorant les liens entre la vie et l’art, par le prisme de la création (de la vie comme de l’œuvre), The Practice of Love s’attache à ce qui relie les choses et les êtres. À travers l’amour maternel par exemple, qui est d’abord une voix, une vibration aquatique, et qui finit par se dissoudre. Ne restent alors les mots, quand les corps ne sont plus là pour prendre la parole. En forme de séance poétique, légère et sensible, The Practice of Love enveloppe d’un amour léger.

Musique, vidéo, chorégraphie… Une performance immersive, vibrante et intuitive

Jamais totalement dénués de chair, avec Jenny Hval les mots deviennent vivants. Entre la gravité de la mort et la douceur des notes, des lumières et couleurs, se tisse la tendresse des liens. Si la vie n’est pas toujours amène, dans la chaleur des relations et de l’art se cachent aussi des trésors. Avec The Practice of Love, c’est un peu ce miellat que récolte Jenny Hval. Réponse à la destruction et à l’anéantissement, l’amour et la création complètent le cycle de la vie. Et la voix claire et déliée de Jenny Hval, sur des sonorités électro aériennes, entraînent ainsi hors de l’âpreté du réel. À l’instar du morceau Ashes to Ashes qui, comme ne le laisse par présager son titre, voltige à l’aune d’une joie légère. Pièce dans laquelle plonger, flotter, s’envoler, The Practice of Love transforme la lourdeur en moment d’intuition sensible. À savourer en première française au Centre Pompidou Paris.