DANSE | SPECTACLE

Je peux/ oui

03 Déc - 11 Déc 2011

Yves-Noël Genod propose un diptyque: un premier spectacle qui serait sur la vie, le scandale de la vie, très peuplé, très à la mode et cousu sur les comédiens comme de la haute couture, et un second autour du désir et de la figure de la mort qui hante comme une chanteuse en noir.

Yves-Noël Genod
Je peux/ oui

«Le fait esthétique est quelque chose d’aussi évident, d’aussi immédiat, d’aussi indéfinissable que l’amour, que la saveur d’un fruit, que l’eau. Nous sentons la poésie comme nous sentons la présence d’une femme, ou comme nous sentons le voisinage d’une montagne ou d’une baie. Si nous la sentons de façon immédiate, pourquoi la diluer dans d’autres mots qui seront certainement moins forts que nos sentiments».
Sous l’influence – excusez du peu – de Jorge Luis Borges, Yves-Noël Genod propose des performances qui ne parlent de rien.
En général, les titres choisis rajoutent à l’ambiguïté. Elles ne parlent de rien parce que – premièrement – la beauté est une sensation physique (ou ne sera pas) et parce que – deuxièmement – elles sont adressées. Ainsi «c’est vous qui remplirez les cases et vous ne rendrez pas le formulaire». C’est une administration du bonheur.

Yves-Noël Genod déploie, dans un décor d’après-midi d’hiver, une pièce de groupe et un solo désolé autour de la figure de la chanteuse Barbara. Il s’agit des deux faces d’une même monnaie, il est conseillé de voir les deux! L’invraisemblance, c’est la naissance. L’état de l’apparition. Are you a question or an answer?

Malmö, le 7 octobre 2011
Je voudrais que tout soit réglé avant le premier jour des répétitions, le 4 novembre. C’est une question de méthode, j’en parle et reparle très souvent, ce n’est pas une méthode absolue, mais elle a produit tant de chefs d’œuvre jusqu’à Haschich à Marseille, la semaine dernière… La méthode, en deux mots, c’est surtout NE RIEN FAIRE. C’est ce que j’exige (de manière dictatoriale) des acteurs et des artistes avec lesquels je travaille. C’est bien sûr ce que j’exige de moi-même. Et j’appelle ça le VRAI travail, en plus. Bon, pour que cette méthode soit réalisable, il faut donc que tout soit réglé avant le début du «travail».
Yves-Noël Genod
(extrait d’un mail adressé à Pascale Henrot)

Je peux: les 3 et 4 décembre à 14h30
Oui: les 10 et 11 décembre à 14h30

critique

Je peux/ oui