PHOTO

James Welling

PMarie-Jeanne Caprasse
@12 Jan 2008

Welling pense la photographie. S’intéressant aux modes de production et de réception de l’image photographique, il conçoit des images et des séries en expérimentant les techniques et les matériaux, alternant les images abstraites et figuratives.

James Welling n’en finit pas de questionner le médium photographique. Il pense ses images en expérimentant les modes de production, poussant l’expérience jusqu’aux limites de l’abstraction. Son approche le mène à transfigurer le réel, avec une priorité laissée aux jeux de lumières et aux variations chromatiques. Ses quatre dernières séries exposées à la galerie Nelson témoignent de la diversité de ses approches.

Au rez-de-chaussée de la galerie, le visiteur pénètre dans un univers frais, bigarré, où l’aspect lourd et imposant des plantes grasses est métamorphosé par les jeux chromatiques qui dansent sur l’image. Ces photographies numériques de la série «Hexachromes» sont obtenues par la superposition de négatifs d’une même image prise avec des filtres de couleur différents. Et c’est un monde d’artifice aux côtés pop qu’elles nous présentent, avec un effet de déréalisation renforcé par la netteté de l’image et les couleurs franches, acides même, qui creusent encore davantage l’écart avec le monde végétal tel que nous le connaissons.

Contrastant avec cette outrance de couleurs, c’est vers un univers monochrome et d’une grande sobriété que nous emmène la série «Flowers». Welling utilise ici la technique du photogramme. Au-delà des formes, ce sont les empreintes des fleurs posées sur le papier qui sont données à voir. Leur densité dépend du temps de pose choisi par l’artiste et permet de varier les transparences sur certaines zones de la composition. Il obtient ainsi des images poétiques où les rayons de lumière semblent traverser les motifs et en émaner.

Au premier étage, on quitte la couleur pour pénétrer dans un univers en noir et blanc. Dans la série «Rocks», Welling présente des paysages de plage aux teintes grises et délavées. Ses clichés fixent la matière des galets et des rochers, à l’affût des variations apportées par la mer au fil de plusieurs jours de prise de vue.

Avec la série «Quadrilatère», on semble quitter le domaine de la photographie pour pénétrer dans celui du graphisme et de la composition abstraite. C’est à l’aide d’un programme informatique que Welling met au monde ces formes et leur donne de la profondeur en y ajoutant des ombres. Cette recherche de l’abstraction et du dépouillement fait partie intégrante de sa recherche et témoigne de son goût pour les formes, la matière et les variations autour d’un même thème.

James Welling :
H2, série «Hexachromes», 2005. C-print. 171 x 129 cm encadré.
H1, série «Hexachromes», 2005. C-print. 170 x 129 cm encadré.
H4, série «Hexachromes», 2005. C-print. 153 x 129 cm encadré.
H6, série «Hexachromes», 2005. C-print. 170 x 129 cm encadré.
004, série «Flowers», 2005. C-print sur papier Kodak Endura Metallic. 106,7 x 88,9 cm encadré.
005, série «Flowers», 2005. C-print sur papier Kodak Endura Metallic. 106,7 x 88,9 cm encadré.
012, série «Flowers», 2005. C-print sur papier Kodak Endura Metallic. 106,7 x 88,9 cm encadré.
001, série «Rocks», 2005-2006. Tirage argentique. 66 x 76,2 cm encadré.
002, série «Rocks», 2005-2006. Tirage argentique. 66 x 76,2 cm encadré.
004, série «Rocks», 2005-2006. Tirage argentique. 66 x 76,2 cm encadré.
Q-014, série «Quadralaterals», 2006. Impression jet d’encre. 106,7 x 88,8 cm encadré.
Q-026, série «Quadralaterals», 2006. Impression jet d’encre. 106,7 x 88,8 cm encadré.