ART | CRITIQUE

James Coleman

PMuriel Denet
@12 Jan 2008

James Coleman présente deux installations chez Marian Goodman. Le dispositif est minimal: un projecteur et une image mouvante, de taille modeste, sur le mur de la galerie.

Au rez-de-chaussée, Line of Faith, littéralement «Ligne de foi», est une sorte de making off d’une séance de prise de vue photographique au cours de laquelle James Coleman s’est essayé à la reconstitution d’une illustration d’époque de la bataille de Bull Run (1861).
Les artistes de guerre dessinaient de mémoire, aidés de croquis faits sur le vif, et guidés par des intentions plus ou moins partisanes. La caméra suit donc, en longs plans fixes, la reconstitution d’une reconstitution idéalisée.
À l’écran, s’éternisent de minutieuses mises en place de cavaliers sabreurs et de fantassins, de blessés agonisants ou déjà morts, écrasés sous leur monture de carton-pâte, qui conversent de choses et d’autres, comme indifférents à l’histoire qu’ils figurent.
Les consignes, clamées hors champ, mènent un ballet de positionnements et repositionnements des vivants, de réveils ou rendormissements des morts. Dans cet apparent désordre, le tableau apparaît fugitivement, pour se défaire tout aussitôt. Une boucle irrégulière se met en place, et finalement l’image n’advient jamais vraiment, fuyant de toutes parts.

Ainsi de celle qui est projetée en continu dans l’obscurité du sous-sol. Une image sans titre, aussi indéfinissable qu’un schmilblick de Guy Lux, quelque chose entre une photo satellite et une image médicale: peut-être une prothèse d’estomac, jouxtée d’une coulée de lave, radiographiées et se mouvant de façon quasi imperceptible.

Comme souvent dans l’œuvre de James Coleman, les images s’échappent des champs de références certains et fiables qui pourraient leur donner sens. Les mécanismes d’interprétation s’en trouvent fatalement perturbés. Le spectateur abdique: cette image, que l’on croyait «digne de foi», n’est rien que «ligne de fuite(s)».

Traducciòn española : Maïté Diaz
English translation : Margot Ross

James ColemanLine of Faith, 1991-2005. Vidéo. 58 mn.
Untitled, 1998-2002. Installation. Projection continue.