DESIGN | EXPO

Totem

29 Mar - 18 Mai 2019
Vernissage le 28 Mar 2019

Présente sur le PAD Paris 2019 (Pavillon des Arts et du Design), la Galerie Maria Wettergren n'en propose pas moins, en parallèle, une exposition monographique dans son espace parisien. Soit "Totem", le premier solo show, en France, du designer danois Jakob Jørgensen.

Le PAD Paris 2019 (Pavillon des Arts et du Design) commence demain, pour cinq jours d’exposition au Jardin des Tuileries — du 3 au 7 avril 2019. Participant à l’évènement, la Galerie Maria Wettergren y présentera un accrochage collectif, tout en déployant simultanément une nouvelle exposition monographique dans sa galerie du sixième arrondissement. Avec « Totem », la Galerie Marie Wettergren propose ainsi la première exposition solo, en France, de l’artiste et designer danois Jakob Jørgensen. Et entre sculpture et mobilier, chacune de la dizaine d’œuvres présentées offre un pont entre nature et culture. Pièces au minimalisme bienveillant, toutes ont en commun quelque chose de cette présence habitée des figures totémiques. Avec une exploration de la forme allongée, par le bois comme l’acier. Malaxant le motif de la colonne, Jakob Jørgensen livre ainsi un ensemble de pièces sculpturales, à la fois simples et imposantes. Tel le banc Faba (2018), conjuguant massivité et finesse.

Exposition « Totem » : premier solo show de Jakob Jørgensen, en France

Long tube de fer chauffé à quelques mille degrés Celsius et modelé via une pression de cent tonnes, le banc Faba présente une forme ondulante. Et à l’instar d’une cosse végétale finement rebondie par les graines qu’elle contiendrait, Faba joue la carte de la simplicité féconde. Proposant ainsi un long banc noir et satiné, segmenté en cinq rebonds accueillants. Une assise métallique en un seul tenant, posée sur deux pieds en bois clair. Patiné, le banc Faba garde aussi la trace des pressions lui ayant donné ces courbes. Un choix qui accentue le côté gourmand, quand les yeux y voient quelque chose rappelant le ruban de réglisse prédécoupé. Entre souplesse des lignes et force de la matière, « Totem » file également le thème de la métamorphose. Avec des sculptures métalliques aux allures de chenilles — telle Bois et Baum — ; de ces chenilles ou phasmes virtuoses dans l’art du camouflage.

L’élégante poésie du designer Jakob Jørgensen, à la Galerie Maria Wettergren

Et de la chenille au papillon il n’y a… Qu’un incroyable processus de totale refonte organique. Une ingénieuse modularité que célèbre ici la commode Fjarill (2019, ‘papillon’ en suédois). Soit une commode murale en bois qui, fermée, s’apparente à un pavé rectangulaire. Mais composée de dix casiers modulaires, Fjarill peut aussi s’ouvrir sur les côtés. Livrant alors une sorte de meuble-sculpture hérissé, comme une pomme de pin se déployant en quiconque. Voyage dans une forêt peuplée de créatures en bois et métal, l’exposition « Totem » rassemble des meubles camouflés en sculptures. Ou l’inverse. Soit une façon poétique de célébrer le printemps et ses proliférations. Une dynamique qui se retrouve également dans l’étagère Arca (2006), composée de cinq cases formant une sorte de chaîne (ou chenille) articulée. Luminaires, bancs, étagères, commodes… Autant de pièces métamorphiques à découvrir dans l’exposition « Totem » de Jakob Jørgensen.