ART | EXPO

«…J’ai oublié ce que j’ai fait la veille mais c’était sûrement des merveilles»

16 Mar - 06 Mai 2012
Vernissage le 15 Mar 2012

Sylvain Rousseau s’était jusqu’à présent fait remarquer sur la scène artistique pour avoir transformé les volumes en aplats, comme s’il leur faisait subir les assauts d’un rouleau compresseur. Cet insolite rapport aux objets se confirme pour cette nouvelle exposition, mais cette fois, en mettant en scène le spectateur dans une scénographie artistique.

Sylvain Rousseau
«…J’ai oublié ce que j’ai fait la veille mais c’était sûrement des merveilles»

Et si nous avions oublié ce qu’est une exposition? Oublié même ce qu’est une peinture, un dessin, une installation…? Oublié le principe même d’une œuvre d’art?

Nous nous retrouvions, alors, en train d’ausculter un vestige d’une exposition sans a priori, sans idée préconçue, dans une position juvénile du regardeur. Nous n’aurions pas d’autre fascination que celle de l’interrogation, pas d’autre compréhension que celle de l’auscultation, une distance absolue à toute contextualisation. A ce moment-là, nous pourrions, peut-être imaginer à partir de quand et comment y a t-il art?

En aucun cas, Sylvain Rousseau tente ici et avec nous une expérience mettant en scène le spectateur dans une hypothétique scénographie d’archéologie artistique. Mais ayant le sens de la distance, de la non-idolâtrie, du geste simple et du leurre, il nous fait pénétrer dans un dispositif nous permettant d’identifier et de mettre en cause nos convictions sur l’art.

AUTRES EVENEMENTS ART