DANSE | SPECTACLE

Jaguar

24 Mar - 26 Mar 2016
Vernissage le 24 Mar 2016

Le Centre Pompidou présente le spectacle Jaguar de la chorégraphe portugaise Marlene Monteiro Freitas. Dans le duo Jaguar, Marlene Monteiro Freitas, adepte du thème de la métamorphose, transforme les danseurs de sa pièce, elle-même et Andreas Merk, en marionnettes.

Marlene Monteiro Freitas
Jaguar

Le spectacle Jaguar, écrit avec la collaboration d’Andreas Merk, sollicite les artifices qui font la singularité du travail de la chorégraphe Marlene Monteiro Freitas, souvent axé sur la métamorphose. Dans De marfim e carne – as estátuas também sofrem, pièce présentée l’an dernier au Centre Pompidou, Marlene Monteiro Freitas dévoilait un univers mi animal mi futuriste au rythme effréné où les interprètes s’apparentaient à des créatures hybrides grimées de costumes couleur bleu électrique. La danseuse et chorégraphe a grandi au Cap-Vert et conserve des souvenirs de carnavals flamboyants. Pour Jaguar, elle puise l’inspiration dans plusieurs sources: l’expressionnisme du groupe d’artistes Cavalier bleu, l’œuvre de l’artiste suisse d’art brut Adolf Wölfli, le personnage de carnaval capverdien Mandinga ou encore les contes d’Hoffmann. Le duo Jaguar est à la fois un spectacle de danse et un théâtre de manipulations pour lequel les interprètes deviennent des marionnettes.

Originaire du Cap Vert, Marlene Monteiro Freitas y a cofondé la troupe de danse Compass. À son arrivée en Europe, elle suit des enseignements chorégraphiques à P.A.R.T.S. (Bruxelles) et à la Fondation Calouste Gulbenkian (Lisbonne). Elle a depuis collaboré avec Emmanuelle Huynh, Loïc Touzé, Tânia Carvalho et Boris Charmatz. Marlene Monteiro Freitas a créé Primeira Impressão (2005), A Improbabilidade da Certeza et Larvar (2006), A Seriedade do Animal (2009), le solo Guintche (2010), (M)imosa, en collaboration avec Trajal Harell, François Chaignaud et Cecilia Bengolea (2011), Paraíso -colecção privada (2012) et De marfim e carne – as estátuas também sofrem (2014). Avec Tânia Carvalho et Luis Guerra, elle est membre de Bomba Suicida, un collectif rassemblant les nouveaux visages de la danse contemporaine portugaise.

chorégraphie: Marlene Monteiro Freitas
en collaboration avec: Andreas Merk
performance: Marlene Monteiro Freitas, Andreas Merk
lumière et scénographie: Yannick Fouassier
son: Tiago Cerqueira
accessoires scéniques: João Francisco Figueira, Miguel Figueira
recherches: João Francisco Figueira, Marlene Monteiro Freitas
remerciements: Betty Tchomanga, Avelino Chantre

Informations
Grande salle, niveau -1
Du jeudi 24 au samedi 26 mars 2016, à 20h30
Durée: 2 heures