ART | EXPO

Monory

01 Juil - 22 Nov 2020
Vernissage le 01 Juil 2020

La rétrospective de l’œuvre de Jacques Monory la Fondation Maeght présente des peintures issues des nombreuses séries réalisées pendant soixante ans par ce représentant majeur de la figuration narrative. Son univers entre fiction et autobiographie est marqué par une vision réaliste et pessimiste du monde.

Avec l’exposition « Jacques Monory », la Fondation Maeght propose de traverser les soixante années de carrière d’un des principaux représentants du mouvement de la figuration narrative, qui a disparu en 2018. En choisissant un parcours non chronologique, la, commissaire de l’exposition et historienne de l’art Laurence d’Ist entend mettre l’accent sur les échos et les écarts qui jalonnent l’œuvre de Jacques Monory, un œuvre marqué à la fois par une profonde continuité et une contemporanéité toujours saisissante.

Rétrospective de l’œuvre de Jacques Monory la Fondation Maeght

L’exposition réunit des œuvres issues des nombreuses séries de peintures réalisées par Jacques Monory comme autant de chapitres du journal de bord de son existence. Toujours marquées par la violence du monde, les images en camaïeux de bleus du peintre sont celles d’une fiction autobiographique : inspirées de photographies de sa vie privée, du cinéma américain des années 1950, de l’iconographie de la société et de la presse, elles renvoient à travers ces prismes à ses interrogations et à sa vision pessimiste, tragique mais aussi philosophique du monde.

La peinture entre fiction et autobiographie de Jacques Monory

Le parcours s’ouvre avec des peintures de la série Meurtres qui, à partir de 1968, rendirent Jacques Monory célèbre. Baignant dans l’ambiance des thrillers, des films noirs et de série B, ces œuvres évoquent la blessure sentimentale de la séparation à travers la mise en scène du peintre lui-même, menacé par une arme tenue par une main féminine. La peur de la mort et la réalité violente de la vie hantent également les peintures des séries Velvet Jungle, Mesure, Dreamtiger et Death Valley.

Jacques Monory, une vision réaliste et pessimiste du monde

On découvre avec les séries Opéras glacés et Technicolor, le regard le plus ironique et caustique de Jacques Monory qui dépeint la tragicomédie de la haute société et du monde  du spectacle puis utilise pour la première fois le rose et le jaune, telles des couleurs toxiques, pour livrer une critique grinçante de l’univers hollywoodien. La composition cinématographique des tableaux et le réalisme des représentations ont valu à Jacques Monory d’être considéré comme le plus narratif du groupe de la figuration narrative. Pourtant, par des juxtapositions d’images semblables à des collages, la narration semble souvent suspendue, livrée à la pensée du spectateur.