ART | EXPO

Jacob’s Mirage Park

17 Mai - 02 Juin 2013
Vernissage le 17 Mai 2013

«Jacob’s Mirage Park» est une imbrication de rêves, la reconstitution d’un nouvel environnement à partir de souvenirs, songes et mémoires de voyages. A travers des installations et des dispositifs sonores ou lumineux, l’exposition propose une approche transversale entre des souvenirs de rêves mémorisés à différentes époques et des situations vécues.

François Ronsiaux, Stephen Verstraete
Jacob’s Mirage Park

«Jacob’s Mirage Park» est une imbrication de morceaux de rêves, la reconstitution d’un nouvel environnement à partir de souvenirs, songes et mémoires de voyages.

La conception de l’inconscient de Carl Gustav Jung, psychologue suisse, fait qu’il considère les rêves comme des «messagers indispensables qui transmettent les informations de la partie instinctive à la partie rationnelle de l’esprit humain».
Le rêve est une autoreprésentation, spontanée et symbolique, de la situation actuelle de l’inconscient.

La vision onirique du rêve de Jacob décrivant une échelle entre le ciel et la terre où des êtres y montent et y descendent, pourrait signifier aujourd’hui, non pas que le Ciel et la Terre peuvent communiquer aisément, mais qu’une transmission du rêve vers le conscient permettrait l’accès à des plans supérieurs, et un élargissement de la conscience.

«Jacob’s Mirage Park» tente, à travers des installations mécanisées constituées d’objets empruntés au réel, de reconstitutions paysagères, de dispositifs sonores ou lumineux, une approche transversale entre des souvenirs de rêves mémorisés à différentes époques et situations vécues.

Dépassant les limites matérielles de représentation, le projet parle à l’imaginaire collectif à travers des archétypes, symboles, des désirs, fantasmes, peurs ou frustrations, inhérents à notre époque mondialisée.

Il trouve son inspiration dans le déterminisme psychique de Freud, où le rêve n’est pas le théâtre d’images hallucinatoires dépourvues de sens; l’idée subit une déformation plus ou moins forte avant de parvenir à la conscience, mais conserve toujours, une certaine «ressemblance» avec ce dont elle est la manifestation.

Stephen Verstraete
Concert/performance Shortwave Table le 17 mai à 20h

En collaboration avec Le Bon Accueil à Rennes et Les Ateliers Claus à Bruxelles.
Stephen Verstraete est né le 12 mai 1988 à Gand, en Belgique où il vit et travaille. Il est diplômé de l’Académie de Saint-Luc à Gand où il a obtenu son master en arts en juin 2012.

De ses premières expérimentations dans l’atelier de son père mécanicien, Stephen Verstraete a gardé un intérêt pour la physique et les technologies.

Utilisant une large variété de médiums allant de la sculpture à l’installation sonore en passant par la performance, ce jeune artiste tire des technologies domestiques (jouets, électroménager…) nourries d’électricité, des œuvres poétiques et souvent surprenantes mettant en jeux des phénomènes physiques. Ses derniers travaux sont inspirés de l’histoire de l’électricité et de ses manifestations sous toutes ses formes et des dispositifs d’écoutes monumentaux (miroirs acoustiques).

Il a notamment exposé à Gand (BE), à Londres (UK) et à l’Audio Art Festival à Cracovie (PL).