ART | EXPO-MÉDIA

IP détournement

08 Sep - 13 Sep 2010
Vernissage le 08 Sep 2010

IP Détournement est un projet qui met en question, à partir de la Collection nouveaux médias du musée national d’art moderne, les modes de diffusion, de réception et d’appropriation des oeuvres.

Tania Bruguera
IP détournement

Depuis 1986, Tania Bruguera (1968, Cuba) développe une oeuvre performative et éminemment politique. Elle fonde en 2002 Arte de Conducta, premier programme d’étude d’Amérique Latine consacré à la performance et à l’art politique.

IP Détournement (IP pour Intellectual Property / propriété intellectuelle) est un projet qui met en question, à partir de la Collection nouveaux médias du musée national d’art moderne, les modes de diffusion, de réception et d’appropriation des oeuvres.

Il prendra forme dans les espaces du Forum moins un, et possiblement aux abords du Centre Pompidou.

L’espace du Forum moins un présentera/ projettera un ensemble d’oeuvres de la collection nouveaux médias, mais dans un état de décontextualisation volontaire: l’espace d’exposition a là l’apparence d’un espace de stockage déplacement qui rend manifeste par opposition les conditions habituelles d’appréhension des oeuvres. Les vidéos ainsi présentées sans artifices n’ont bien entendu pas été choisies au hasard.

Le visiteur de musée pourrait s’interroger sur la pertinence d’un tel accrochage. Effectivement cet ensemble ne correspond à aucune intention esthétique ni scientifique particulière. Elles sont néanmoins liées entre elles par l’enjeu du projet –jusque là tenu secret– dont le processus sera révélé/exposé sur place.

Pour mener à bien ce projet, et remettre en jeu, même de manière temporaire, les règles de la propriété intellectuelles, ce projet a nécessité la prise de contact, l’adhésion et l’engagement des autres artistes de la Collection au regard de la proposition de Tania Bruguera.

Il s’agit pour l’artiste, à partir de ce dispositif, de conduire une réflexion sur la circulation des oeuvres vidéo et d’inviter les publics à de nouveaux modes d’appropriation.