PHOTO | INTERVENTION

Intervention dans la ville de Pontault-Combault

27 Fév - 27 Mar 2003

Des photographies de bâtiments de Pontault-Combault retouchées numériquement, installées dans la ville: les pixels troublent l’image, les bâtiments bien réels deviennent virtuels.

Raphaël Boccanfuso
Intervention dans la ville de Pontault-Combault

Les images que Raphaël Boccanfuso a choisi de présenter à Pontault-Combault sous forme d’affiches installées pendant un mois dans la ville et d’une édition de cartes postales, sont des photographies faites à la chambre et retouchées numériquement de manière à pixelliser les grands bâtiments célèbres qu’elles représentent, tout en en restituant le paysage urbain.
Les grands «standards» demeurent reconnaissables malgré le fait que ces édifices soient pixellisés à la manière des documentaires télévisuels: l’image «troublée» les rend virtuels, et donne une nouvelle lecture des paysages qui les entourent.
L’artiste déplace cette manière médiatique de protéger l’anonymat et questionne la gravité et la pertinence d’une telle application du droit à l’image. Son intention est de nous faire prendre conscience que tout cela se passe dans un espace public, en toute liberté.

Dans le cadre des projets hors-les-murs du Centre photographique d’Ile-de-France.

Raphaël Boccanfuso en Seine-et-Marne
Raphaël Boccanfuso a travaillé parallèlement pour trois lieux, intervenant dans trois contextes: des affiches dans l’espace public à Pontault-Combault, une de ses «Marianne» à l’Hôtel de ville de Pontcarré, une installation in situ à la Ferme du Coulevrain de Sénart. Visite organisée aujourd’hui.
Pour lire en entier les annonces sur les expositions, cliquer sur les titres, ils sont actifs.

Sénart: Illustration non contractuelle à caractère d’ambiance
En résidence à Sénart, Raphaël Boccanfuso a fait réalisé, par une agence spécialisée, l’image du lieu où il expose: rencontre d’une représentation publicitaire codée et conventionnelle du lieu avec une démarche qui interroge ce type de codification visuelle.

La «Marianne» de Raphaël Boccanfuso en salle du conseil de la Mairie de Pontcarré
Le buste de Marianne étant laissé libre à toute interprétation subjective, Raphaël Boccanfuso lui donne les traits de sa galeriste : Patricia Dorfmann. La Mairie de Pontcarré se prête au jeu et expose le buste pendant un peu plus d’1 mois.