ART | EXPO

Inquiétantes étrangetés

04 Nov - 02 Jan 2012
Vernissage le 04 Nov 2011

Cette exposition inaugure un cycle d’expositions conçues à partir des collections du musée pendant la période de travaux d’extension de ce dernier. Ce principe de relecture des collections du musée donnera lieu à des invitations de commissaires extérieurs: responsables de collections, artistes, historiens de l’art.

Communiqué de presse
Collections du musée
Inquiétantes étrangetés

«L’inquiétante étrangeté sera cette sorte de l’effrayant qui se rattache aux choses connues depuis longtemps, et de tout temps familières» Sigmund Freud (1919).

A partir des collections du musée et de façon transchronologique (XVIIe – XXIe), l’exposition présente un nouveau regard sur les oeuvres de la collection du musée. Choisies par Blandine Chavanne, directrice du musée et commissaire de cette exposition, les oeuvres ici réunies, ont toutes à voir avec le singulier, l’insolite, le trouble, le difficilement reconnaissable, voire l’inacceptable. Le concept freudien est ici davantage un outil méthodologique qu’une thématique. Il interroge la force du paradoxe, la contradiction, la tension et l’ambivalence des oeuvres. Organisée autour de plusieurs thèmes, l’exposition engage à réfléchir sur le pouvoir de l’imaginaire, du visionnaire et de l’hallucinatoire et propose des rapprochements inattendus. Par exemple, autour de cette notion d’étrangeté inquiétante, Ingres côtoie Manzoni, Hafif, Gronon et Troeckel à propos de toile et de reflet. On Kawara dialogue avec La Tour et Chantron au chapitre de l’enfer et de la maladie; Kandinsky, Tanguy, Arp, Ernst, Messager, Lam, Gonzales posent ensemble la question de l’interprétation.

Toute image a un effet sur lequel cette exposition propose une réflexion en choisissant d’interroger la puissance des images, ce qu’elles véhiculent et comment, plutôt que ce qu’elles représentent. Inquiétantes étrangetés met en avant le pouvoir des images, un pouvoir capable de modifier de façon radicale l’ordre établi, de révéler au spectateur ce qu’il ignore ou refuse de voir, de générer de nouvelles perceptions de soi et du monde. On peut citer Cahun, Brassaï, Henri Michaux, Tanguy… Parallèlement l’exposition affirme l’importance de la création d’images (aussi fictionnelles, rares ou travesties qu’elles puissent paraître), en tant qu’action forte qui permet à son créateur de mettre en scène son propre monde.

Vernissage
Vendredi 4 novembre 2011