LIVRES

Ingres. Érotiques

Une vision nouvelle, libre, du peintre des Odalisques nous est offerte. Le présent essai entend rétablir un trait d’union entre l’œuvre publique, autorisée d’Ingres et sa part d’ombre.

— Auteur : Stéphane Guégan
— Éditeur : Éditions Flammarion, Paris
— Année : 2006
— Format : 21 X 22,2 cm
— Illustrations : couleur
— Pages : 288
— Langues : français
— ISBN : 2-0801-15812
— Prix : 25 €

Présentation
Un essai sur l’érotisme d’Ingres, replacé dans la double perspective de son lien avec les maîtres anciens et de son insertion dans l’évolution du monde de l’art du XIXe siècle.

Reprenant un débat théorique ancien opposant le coloris au dessin, cette époque fit de Delacroix le parangon du «beau fard», réservant à Ingres le statut de chantre d’un nouveau classicisme.

Pourtant, ce schéma par trop réducteur a longtemps laissé dans l’ombre une autre facette du créateur de la Grande Odalisque et du Bain turc, que Baudelaire avait bien devinée chez ce peintre des «volupté(s) profonde(s)». Son œuvre est en effet saturée d’images érotiques, dessins et peintures, sans parler de quelques photographies troublantes.

Ce livre en explore les coins et recoins, la partie publique et les zones secrètes, les thèmes autant que le vocabulaire et la syntaxe. Il en va de ce répertoire lascif comme des jeux de l’amour lui-même: tout y est affaire d’approche. On se gardera donc de tenir ces images pour le symptôme, l’expression littérale des fantasmes et des désirs inavoués ou inassouvis du peintre.

Ingres était certes un homme plus charnel qu’on le dit; sa correspondance nous l’apprend et ses pinceaux le confirment. Mais à vouloir traquer seulement l’homme derrière la peinture, on oublierait la fiction et les motivations multiples de cet érotisme. C’est ce que ce livre nous invite aujourd’hui à découvrir. À partir d’un groupe de dessins du musée de Montauban, si crus et «impurs», que l’histoire de l’art puritaine préfère les écarter de ses analyses et de sa vision du peintre. Censure d’un autre âge? Peut-être pas …

(Texte publié avec l’aimable autorisation des éditions Flammarion — Tous droits réservés)

L’auteur
Stéphane Guégan, historien et critique d’art, dirige actuellement le service culturel du musée d’Orsay. Il a publié de nombreux ouvrages, dont Gauguin, le sauvage imaginaire (Éditions du Chêne, 2003), Delacroix, l’enfer et l’atelier (Flammarion, 1998) et l’ABCdaire de Delacroix et l’Orient (Flammarion, 1994). Il a également été commissaire de l’exposition Chassériau: un autre romantisme (Paris, Grand Palais, 2002) et De Delacroix à Renoir: l’Algérie des peintres (Paris, Institut du Monde arabe, 2003)