DANSE

[Inauguration] Galerie de l’école : En long, en large, en travers, sur les côtés, par derrière de Philippe Richard

05 Oct - 05 Oct 2004

Exposer l’art et le rendre physiquement impraticable, voire même visuellement inaccessible. Des structures peintes construites pour questionner l’équilibre et l’occupation de l’espace. Quatre diptyque identiques qui se font face pour cacher leur surface peinte. Empêcher l’accès de tous côtés à ce qui semble primordial. Vernissage et inauguration de la galerie.

Philippe Richard : «En long, en large, en travers, sur les côtés, par derrière»
Galerie de l’école

L’événement
Communiqué de presse

Les deux œuvres présentées à Fontenay, respectivement dans la Galeru (En long, en large, en travers) et dans le nouvel espace d‚exposition de l’école d’art (Sur les côtés, par-derrière) font parties de la série Instables commencée depuis plus de deux ans. Elles ont été réalisées spécifiquement pour chacun des deux lieux. Les Instables sont des structures peintes construites de manière à ce que les questions d’équilibre et d’occupation de l’espace soient au cœur de la démarche. Les Instables sont pour la plupart de taille assez importantes, ce qui leur donnent le plus souvent une dimension théâtrale. Elles sont le lieu non-praticable d’une pièce qui ne se jouera jamais.

«En long, en large, en travers»
Quand on visite la Galeru, ce qui frappe tout d’abord c’est l’exiguï;té du lieu. Ce n’est qu’ensuite qu’on se rend compte de sa complexité. Les angles que forment les murs entre eux ne sont jamais semblables. Coté vitrine, la Galeru donne sur une rue très en pente. On remarque un nouvel angle, celui que fait donc la rue avec le sol de la Galeru. Toutes ces données sont devenues comme autant de contraintes pour imaginer une ?uvre peinte plane dont la taille correspond exactement à celle de l’espace qui la reçoit, à savoir dans sa hauteur, sa longueur et sa largeur. Cette œuvre met ainsi en évidence les caractéristiques physiques de cet espace si particulier.

«Sur les côtés, par-derrière»
L’oeuvre installée dans le nouvel espace d’exposition de l’école d’art de Fontenay est composée de quatre diptyques identiques placés en vis-à-vis de manière à ce qu’ils forment une surface impraticable, un carré auquel les visiteurs n’ont pas accès. Les quatre panneaux sont placés de telle manière que la surface picturale se trouve du coté de cette surface inaccessible. Les panneaux sont biseautés et installés en biais pour permettre une ouverture triangulaire dans chacun des coins du carré. Ce n’est que par ces espaces que la peinture est visible. Il n’y a aucune possibilité de frontalité avec l’œuvre peinte. Le spectateur ne peut que regarder furtivement et de manière fragmentaire l’œuvre qu’il a pourtant devant les yeux. Du fait d’un tel dispositif, il est aussi invité à découvrir le verso des panneaux peints, «l’envers du décors». Il a la possibilité de déambuler dans la pénombre des coulisses, la lumière étant réservée au coté intérieur, au coté «privé», (dont le spectateur est privé) qui pourtant est le centre d’intérêt. On retrouve dans ce dispositif l’architecture des villas de l’antiquité ou de certaines maisons du moyen Orient et du Maghreb. L’extérieur, (la rue) est perçu comme étant menaçant, anonyme, voire dangereux, la cour intérieure étant par opposition un espace privé, protégé. «Sur les côtés, par derrière» rappelle aussi le dispositif des premiers peep-shows du XVIIème siècle, boites en bois par lequel on pouvait visuellement avoir accès à un espace totalement fermé et inaccessible.

Infos pratiques
> Lieu
la galerie de l’école
20 rue Dalayrac. Fontenay sous Bois
RER A2
> Horaires
18h
> Contact
T. 01 53 99 23 68
philippe.chat@lagaleru.org
www.lagaleru.org
> Entrée libre

L’exposition est présentée jusqu’au 31 octobre.
La galerie est ouverte les mercredis de 10H-12h, 14h-17h30, les samedis de 14h à 18h et sur rdv.