ART | EXPO

In the Stream of Life

17 Nov - 03 Fév 2008

Projet inaugural pour l’ouverture du nouvel espace de Bétonsalon, rassemblant une exposition et un cycle de conférences, projections et performances, «In the Stream of Life» s’intéresse aux modes de circulation de l’oeuvre d’art : comment une oeuvre peut-elle être pensée en termes de circulation d’une expérience ?

Communiqué de presse
In the Stream of Life

Le titre du projet est emprunté à un dialogue du film de Lawrence Weiner Plowmans Lunch (1982), dans lequel un personnage prononce la phrase : “an idea only has meaning in the stream of life” [une idée n’a de sens que dans le flot de la vie]. À travers ces mots, Weiner évoque l’importance pour une idée, pour une oeuvre, d’être confrontées au réel, de circuler, pour faire sens. Dans plusieurs de ses films, cette approche de l’oeuvre comme circulation se traduit notamment par l’insertion, au sein des dialogues et de la narration, de plusieurs de ses oeuvres, ses célèbres “statements”. Ceux-ci sont lus et récités par les personnages, ou encore peints dans l’espace public, autant de possibilités d’activer l’oeuvre “dans le flot de la vie”.

La manière dont ces oeuvres sont activées peut être rapprochée de la notion de narration telle qu’elle est développée par Walter Benjamin dans son essai Le Narrateur : « Ce que Le Narrateur raconte, il le tient de l’expérience, de la sienne propre ou d’une expérience communiquée. Et à son tour il en fait l’expérience de ceux qui écoutent son histoire.” Il oppose notamment le mode de circulation de la narration, basée sur la transmission d’une expérience laissant place à une multitude d’interprétations et d’appropriations, à la non-circulation de l’information, toujours déterminée par une explication qui en restreint le sens et la portée. Pour Benjamin, ces deux modes de circulation se différencient également par les différentes temporalités qu’ils mettent en oeuvre. Là où l’information “n’a de vie qu’en ce moment où elle doit se livrer”, la narration jouit au contraire d’une temporalité chaque fois renouvelée : “Elle conserve ses forces concentrées, et longtemps après sa naissance elle reste capable d’éclosion.”

Transposée dans le champ des arts visuels, la notion de narration développée par Benjamin met en avant plusieurs questions que nous souhaitons explorer dans le cadre de ce projet. Une première direction concerne l’oralité comme mode de circulation de l’oeuvre. Comment une oeuvre peut-elle être activée, racontée ? Nous nous intéresserons également à la part d’oralité, la portée narrative présente dans des pratiques artistiques qui ne sont pas directement liées à la parole.
Dans Le Narrateur, Benjamin montre que la narration ne saurait se résumer à la transmission orale : ce qui est en jeu, c’est avant tout un certain rapport à l’oeuvre, pensée en termes de circulation et d’activation dans le temps. L’exposition In the Stream of Life rassemble ainsi des oeuvres conçues comme l’activation d’une narration et le centre d’un réseau de connections et de références complexes. En lien avec cette approche de la narration, une troisième direction s’intéresse à l’exposition comme “théâtre des opérations”, une expression empruntée à l’artiste Michel François, comme l’espace et le temps d’un dialogue entre les oeuvres.