ART | CRITIQUE

Image is everything

Vernissage le 24 Nov 2010
PAugustin Besnier
@04 Jan 2011

La deuxième exposition parisienne de Cory Arcangel chez Thaddaeus Ropac se place sous le signe du ready-made. D’un ready-made renouvelé, dépassé par ce qu’il évoque ou convoque de lui-même. C’est tout le problème de la modernité que les œuvres soulèvent ici, en des termes heureusement nouveaux

La nouvelle exposition de Cory Arcangel à la galerie Thaddaeus Ropac se place sous le signe du ready-made. D’un ready-made renouvelé, dépassé par ce qu’il évoque ou convoque de lui-même.

La série des Timeless Standards (2010) se présente ainsi comme quatre tirages obtenus à partir de polos scannés. Face aux imprimés — des rayures jaunes, rouges et bleues sur fond de points de trame ou sur fond blanc —, c’est bien du Roy Lichtenstein que l’on croit voir. Un léger froissement du tissu favorise cette étiquette visuelle, quand l’étiquette — visible — du produit signale plutôt sa récupération commerciale.
Non loin, devant les étagères dansantes de Dancing Stand (2010) — de ces séries d’objets ou de meubles gadgets qui se déhanchent mécaniquement —, c’est aux structures de Sol Lewitt que l’on pense, non d’ailleurs sans une certaine compassion.
Enfin, un assemblage de carrés de moquette aux motifs rocailleux (Skipping Stones, 2010) évoque — mais le rappel est moins évident — les dallages d’un Carl André.

On l’aura compris, l’objet industriel, aussi bas de gamme soit-il, revêt ici sa fausse identité artistique et s’expose en galerie comme avatar culturel d’un courant ou d’une œuvre. De fait, la logique du ready-made se retourne contre elle-même, dès lors que le regardeur, censé «faire l’œuvre», reconnaît déjà l’art dans l’objet et — comble d’élitisme — s’amuse de sa vulgarisation.

La série des Gradients (2010) opère différemment. Quatre spectres de lumière, entièrement créés sur Photoshop suivant des processus simples révélés par les titres, sont imprimés sur grands formats. Si l’authenticité du geste artistique est ébranlée (chacun peut produire sur son ordinateur les mêmes images), et son mystère dévoilé (plus de recette secrète, du type IKB), nous nous surprenons pourtant à nous approcher de ces images pour en apprécier à la fois la parfaite composition et l’excellente qualité d’impression, comme s’il s’agissait de toiles de maîtres. A priori pulvérisée par le processus, l’aura subsiste bel et bien.

Les couleurs plein les yeux, nous revenons vers les trois paires de lunettes de soleil que nous avions rapidement vues, posées sur leurs socles, avant de pénétrer dans la grande salle, pour voir d’un tout nouvel œil les nuances colorées des verres miroirs (Sport Products, 2010). Si «l’image est tout», comme le soutient le titre de l’exposition, c’est bien parce qu’elle nous colle à la rétine.

Toutes les œuvres finissent d’ailleurs par résonner entre elles. Même cette sculpture de la série des Wire Forms — une fine tige de métal distordue par procédé informatique (autrement dit ici, un bout de fer sur un socle) — profite de sa proximité avec les lignes sinueuses de Dancing Stand pour tirer son épingle du jeu. Résonance que l’on retrouve entre les deux autres œuvres de l’exposition, qui entendent introduire la culture de masse dans le temple de l’art avec sa technologie de diffusion : Since U Been Gone (2010) propose ainsi au visiteur d’écouter une sélection de 48 CD sur un (déjà vieux) baladeur, quand There’s Always One at Every Party (2010) présente un montage d’extraits de la série Seinfeld, dans un environnement technique plus ou moins anachronique où se mêlent écran plat, disque dur Apple, enceintes et chaise design.

Toutes ces pièces, signées de l’artiste qui fit entrer au musée l’esthétique Nintendo en même temps que son support (Super Mario Clouds, 2002 ; Super Mario Movie, 2005), pointent une inévitable jonction entre identités artistiques et techniques de production dans un déclin apparemment commun, tout en convoquant ce regard nouveau, qui dépasse aussi bien les adages duchampiens que les principes benjaminiens. Ni le choix de l’artiste, ni le seul regard du spectateur, ne fait tout, puisque l’objet, autant que sa technique, s’inscrit de lui-même dans une histoire que l’art doit à son tour authentifier.
En se saisissant de cette histoire-là, c’est bien le problème de la modernité que Cory Arcangel soulève, en des termes heureusement nouveaux.

— Cory Arcangel, Photoshop CS: 110 by 72 inches, 300 DPI, RGB, square pixels, default gradient « Spectrum », mousedown y=16700 x= 10550, mouseup y=27450 x=6350, 2010. Unique C-print. 287 x 190,5 cm
— Cory Arcangel, Photoshop CS: 84 by 66 inches, 300 DPI, RGB, square pixels, default gradient « Russell’s Rainbow » (turn transparency off), mousedown y=18000 x=14200, mouseup y=18000 x=17450, 2010. Unique C-print. 213,4 x 167,6 cm
— Cory Arcangel, Timeless Standards (#1), 2010. Inkjet on Comtex. 142,2 x 101,6 cm
— Cory Arcangel, Timeless Standards (#7), 2010. Inkjet on Comtex. 142,2 x 101,6 cm
— Cory Arcangel, Kinetic Sculpture #4, 2010. 4 modified silver dancing stands. 213,4 x 121,9 x 182,9 cm