ART | EXPO

Image, corps, pathos

30 Juin - 14 Oct 2012
Vernissage le 30 Juin 2012

L’hommage à Antoni Tàpies permettra de voir ou revoir la totalité des œuvres de l’artiste: le diptyque qui orne le porche de l’entrée du musée, reliant ainsi ce dernier à l’espace urbain, témoigne de la volonté de l’artiste de ne pas séparer l’art et le quotidien, le sublime et le trivial.

Antoni Tapies
Image, corps, pathos

«Lorsque vous regardez, ne pensez jamais à ce que la peinture (ou n’importe quoi de ce monde) «doit être», ou à ce que beaucoup de gens voudraient qu’elle soit seulement. La peinture peut tout être. Elle peut être un éclair de soleil en pleine bourrasque. Elle peut être un nuage d’orage. Elle peut être le pas d’un homme sur le chemin de la vie, ou, pourquoi pas? Un pied qui frappe le sol pour dire «assez». Elle peut être l’air doux et rempli d’espérance du petit matin, ou l’aigre relent qui sort d’une prison. Les taches de sang d’une blessure, ou le chant de tout un peuple dans le ciel bleu ou jaune. Elle peut être ce que nous sommes, ce qui est aujourd’hui, maintenant, ce qui sera toujours. Je vous invite à jouer, à regarder attentivement… je vous invite à penser.» (Antoni Tàpies, La pratique de l’art)

Né à Barcelone en 1923, disparu le 6 février 2012, Antoni Tàpies fut l’un des plus fervents défenseurs de la culture catalane, tout en s’affirmant comme l’un des plus universels et des plus grands créateurs du XXe siècle. Antoni Tàpies s’initie à la peinture pendant une période de convalescence, en copiant des œuvres de Van Gogh ou Picasso. Sa carrière de peintre débute pendant la Seconde Guerre mondiale et l’avènement du franquisme. En révolte contre l’art officiel, les atrocités de la guerre et la civilisation occidentale belliqueuse, mercantile et pressée, l’artiste se tourne vers les philosophies orientales, les arts primitifs et s’engage progressivement dans un mode d’expression très personnel, caractérisé par l’emploi de matériaux bruts, une gamme de couleur restreinte et l’utilisation de nombreux signes et symboles.

L’oeuvre, dont la puissance évocatrice et presque magique s’apparente à celle d’un talisman ou d’une icône, est conçue comme «un simple support de la méditation, un artifice servant à fixer l’attention, à stabiliser ou à exciter l’esprit». Le peintre acquiert rapidement une reconnaissance internationale de son travail et de nombreuses expositions sont organisées dans les plus grands musées du monde. Antoni Tàpies obtient les prix les plus prestigieux et sa notoriété égale bientôt celle de Miró, le maître catalan tant admiré.

Collectionneur, grand lecteur de philosophie orientale, Antoni Tàpies est également un théoricien, auteur de plusieurs écrits exposant sa vision des arts, perçus comme «les derniers réduits où l’homme d’aujourd’hui peut trouver la liberté de s’interroger sur la société, et de l’ébranler». En 1984, il crée à Barcelone la Fondation Antoni Tàpies, vouée à la promotion et à la connaissance de l’art contemporain.

L’exposition «Image, Corps, Pathos» présente 44 peintures et sculptures réalisées par l’artiste entre 1945 et 2008. Articulée autour d’une thématique essentielle à la compréhension de la démarche de l’artiste, celle de la matière, du corps de l’oeuvre, elle est aussi la rétrospective de cinquante années de recherche et de création. Un autoportrait de facture classique réalisé en 1945, au sortir de la guerre, ouvre le parcours de l’exposition qui s’achève sur une Tête rouge peinte en 2008, à l’expressionnisme exacerbé.

Entre les deux se déploie le travail de l’artiste au fil de cinq décennies: tableaux/objets composés des matériaux les plus inattendus, papier, textile, fil de fer; surfaces gravées, incisées, gardant l’empreinte des corps sous la toile de leurs vêtements; Têtes et Nus dessinés dans les coulures d’un vernis couleur miel. Le corps est le fil conducteur de l’exposition. Lieu par excellence de la rencontre entre la matière et l’esprit, il est aussi une source d’inspiration universelle et intemporelle. Le tableau lui-même, dans sa matérialité, s’apparente à un autre corps, sorte d’alter ego de l’artiste, fétiche sur lequel il projette ses émotions et ses intentions. Au travers des matériaux choisis pour leur humilité, leur symbolisme, leur pouvoir de suggestion, transparaît la dimension philosophique et spirituelle du travail de l’artiste, inspiré par le bouddhisme et les philosophies orientales.