PHOTO

Idol Thief

PMagali Lesauvage
@12 Jan 2008

Abandonnant la pépinière de galeries du XIIIe arrondissement de Paris, Fabienne Leclerc inaugure un nouvel espace aux proportions démultipliées dans le VIe, et, pour débuter l’année en beauté, expose des œuvres récentes de l’artiste indien Subodh Gupta.

Les œuvres de Subodh Gupta font le lien entre deux civilisations qui tendent, avec les progrès de la mondialisation, à se rejoindre et à se confondre. Introduisant le visiteur dans l’espace de la galerie In Situ, Bucket est un seau en acier inoxydable, regorgeant d’éléments fabriqués dans le même matériau, et évoquant ce même thème du trop-plein, de la surconsommation, du surdosage.

En contrebas, l’œuvre emblématique de l’exposition s’intitule Silk Road (2007) : sur une plateforme de cinq mètres de côté, supportant des piles de cette vaisselle d’acier inoxydable typique de la cuisine asiatique, montées sur une sorte de tapis roulant qui les fait s’entrecroiser. Cette «Route de la Soie» évoque à la fois un paysage de temples hindouistes ou une sorte de cité futuriste mouvante, dont la vision prolongée provoque un malaise physique chez le spectateur, à la manière d’un mirage.
La vaisselle en Inox est un motif récurrent dans l’œuvre de l’artiste indien, pour qui la cuisine est «un lieu de prières, une sorte de temple» (on se souvient de l’impressionnant crâne constitué d’éléments de cuisine, Very Hungry God, vanité installée dans l’église Saint-Bernard lors de la Nuit Blanche 2006). C’est aussi un banal élément de la vie quotidienne, dont l’artiste révèle, par l’accumulation, les qualités plastiques propres au métal réfléchissant.
Proposant une réflexion sur l’interaction entre Orient et Occident, Subodh Gupta narre à sa manière le voyage ininterrompu de la culture asiatique, aujourd’hui répandue dans le monde entier, effectuant une sorte de «Route de la Soie» à l’envers. Deux toiles, Idol Thief I et II, font un gros plan sur ces batteries de cuisine, et amènent opportunément l’artiste du côté de la peinture.

En «voleur d’idole», Subodh Gupta emprunte à sa culture d’origine des éléments emblématiques, pour les transposer dans le contexte de l’art contemporain, friand de signes, de symboles, et d’impact visuel. Ainsi Black Thing (dont une première version était présentée en 2005 chez Fabienne Leclerc), structure réalisée à partir de pinces métalliques, évoque le pompon d’une pom-pom girl, et réunit objet utilitaire et emblème d’une société du spectacle.

Pour clore l’ensemble, un poids d’un kilo en or massif, frappé du mot War, rappelle quelques uns des principaux enjeux des rapports entre civilisations : la guerre et l’argent. Par le matériau précieux, symbole de l’alchimie, Subodh Gupta n’omet pas dans son œuvre la spiritualité, visible également dans les « rice cookers » mués en temples de Silk Road.

Subodh Gupta
Idol thief I, 2007. Huile sur toile. 168 x 229 cm.
Idol thief II, 2007. Huile sur toile. 168 x 229 cm.
Silk road, 2007. Structure et vaisselle en acier inoxydable. 200 x 480 x 480 cm.
Black Thing, 2007. Structure en acier inoxydable, plastique et pinces en aluminium peintes. 230 x 60 x 220 cm.
Bucket, 2007. Seau et vaisselle indienne en acier inoxydable. 70 x 60 x 30 cm.
War, 2007. Poids d’un kilo en or 24 carats, vitrine.