PHOTO

Icon Tada

Pg_BeaBa16JeanLaube02bDec20
@12 Jan 2008

La galerie Magda Danysz présente une exposition acidulée et mouvante de l’artiste japonais Icon Tada. Une œuvre minimale et sensuelle traversée par les chimères. La maîtrise et l’épuration japonaises éveillent nos sens et notre subconscient.

L’exposition de l’artiste japonais Icon Tada à la galerie Magda Danysz se compose d’une suite d’une dizaine d’œuvres complices aux couleurs aléatoires, aux formes lisses et rondes, qui offrent au regard une palette ample. L’œil s’y plonge librement. L’ensemble se divise en deux séries faisant appel à la technique du vidéo painting. La première est composée de grandes oeuvres colorées sur verre, alors que la deuxième série, plus sombre, propose des productions vernies format quasi point, sur aluminium.

Dans la première série, des bulles superposées comme les strates de l’esprit s’amassent et se cognent doucement. Icon Tada radicalise la vérité comme épreuve de notre nébuleuse spirituelle. Dispositions aléatoires ou calcul élaboré ?
Ces bulles irrégulières sont en réalité le résultat d’une combinaison de calculs purement géométriques et de la peinture en à plat. L’énergie des couleurs «flashy» rappelle l’univers manga, voire le décoratif japonisant. Mais l’œuvre d’Icon Tada va bien au-delà de la communication visuelle et de la décoration. Les couleurs et les formes faussement belles témoignent en vérité d’un certain désordre, et d’un engagement politique. Où trouver sa place de ce brouhaha de couleurs? Le spectateur séduit au début par l’apparence aimable des œuvres s’en retrouve finalement exclu.

Cette peinture, puisque l’artiste tient ainsi à la définir, semble signifier un point de convergence entre deux ères qui se chevauchent, celle du geste et du volume, et celle du virtuel, du concept. Icon Tada se sert du numérique et de la logique informatique à des fins poétiques. Chercheur en science de l’émotion, il passe du froid à l’équilibre, et donne à la mathématique toute sa poésie.

La deuxième série fait appel à un autre registre, plus sombre, plus pur et exprimant un certain érotisme. C’est une autre face de la pensée asiatique. L’architecture de chaque œuvre n’enlève cependant rien au mouvement, puisque sur ces oeuvres sonores les formes pleines se jumellent, les lignes traversent tout l’espace de l’oeuvre laissant de grands espaces vides qui prennent alors toute leur force. En effet l’œuvre est musicale, les ronds superposés comme en ondes sont renforcés par les couleurs qui résonnent entre elles en accord.
Le silence devient le plus grand cri, la philosophie japonaise règne dés lors sur ces toiles puissantes. Les formes originelles s’imposent au milieu du magma emmêlé et apportent apaisement.

Icon Tada
Ugp08.01, 2003. Tirage numérique lambda. 80 x 80 cm.
Ug08.01, 2003. Tirage numérique lambda. 80 x 80 cm.
It2005-50-3, 2005. Tirage numérique lambda. 50 x 50 cm.
Ubl01.02, 2002. Tirage numérique lambda. 100 x 100 cm.

AUTRES EVENEMENTS PHOTO