DANSE | SPECTACLE

Hunter

04 Fév - 07 Fév 2015
Vernissage le 04 Fév 2015

Solo exceptionnel, le premier en vingt ans et le premier long dans l’absolu, Hunter de Meg Stuart multiplie les références et les inspirations, les histoires familiales et la biographie professionnelle. La chorégraphe met en scène ses souvenirs et ses états d’âmes, à travers une succession de masques et d’identités, cherchant à faire coïncider physique quantique et chamanisme.

Meg Stuart (Cie Damaged Goods)
Hunter

Pour la première fois en plus de vingt ans de carrière, la chorégraphe Meg Stuart occupe seule la scène, le temps d’une soirée. Comment se dessinent une écriture et une identité chorégraphiques? «Comment assimiler les nombreuses influences qui m’ont façonnée en tant qu’individu et en tant qu’artiste? Y a-t-il encore de nouvelles expériences et des récits de vie restant à écrire qui sommeillent dans mon corps?» Pour son premier long solo, la chorégraphe puise dans le souvenir de ses propres expériences, avec l’intention de donner à voir tout ce que le passé induit sur le corps et ses mouvements. Terreau des mémoires, réceptacle de souvenirs, le corps n’oublie rien, depuis l’enfance. Dans Hunter, Meg Stuart explore son corps comme s’il s’agissait d’une archive vivante peuplée d’ancêtres, de héros artistiques ou de forces invisibles. Elle utilise des photos privées. Elle transpose les traces microscopiques qu’elle découvre en une série d’autoportraits, et utilise tour à tour la danse, le théâtre, l’écriture, la vidéo projection, le collage musical pour exprimer ses états d’âmes.

Son travail nous renvoie à nos propres interrogations: où s’arrête le corps, où commence la personnalité? À l’orée de ses cinquante ans, Meg Stuart donne à voir un solo physique, épuisant, aux limites de la transe, sans pour autant assimiler ce geste autobiographique au chant du cygne: elle débutera les répétitions de sa prochaine création à l’issue de son passage au Centre Pompidou.

Chorégraphie et interprétation: Meg Stuart
Dramaturgie: Jeroen Peeters
Conception sonore: Vincent Malstaf
Scénographie: Barbara Ehnes
Costume: Claudia Hill
Lumières: Jan Maertens
Vidéo: Chris Kondek
Assistance à la chorégraphie: Ana Rocha
Assistance à la scénographie: Giulia Paolucci
Assistance à la création des costumes: Kahori Furukawa
Assistance à la video: Phillip Hohenwarter

Informations

Grande salle, niveau -1
20h30

Durée: 1h30
Tarifs: 14€/18€