PHOTO | EXPO - EXPO COLLECTIVE

Hospitalités

26 Sep - 26 Sep 2009
Vernissage le 26 Sep 2009

Chaque week-end, découvrez des propositions artistiques inédites dans les lieux d’art contemporain du réseau tram Paris/Ile-de-France. Au programme du samedi 26 septembre: le Jeu de Paume, l’Ecole supérieure d’arts de Rueil-Malmaison et la galerie municipale de Vitry-sur-Seine.

Irina Botea, Pierre Dumonthier, Alain Marchand, Marion Uguen, Damien Perrollaz, Véronique Hubert, Ninar Esber, Bertrand Gauguet
Hospitalités

Avec «Hospitalités», tram Réseau Art contemporain Paris / Ile-de-France offre à nouveau au public l‘occasion de découvrir la scène artistique la plus contemporaine.

Du 26 septembre au 12 décembre, une riche programmation d’expositions et d’événements, placée sous l’intitulé Hospitalités, est proposée au public. Conçue collectivement par tous les lieux du réseau tram, elle s’appuie sur une envie commune de partage et de rencontre entre structures d’art contemporain, avec les artistes et le public.

Chaque samedi, un parcours différent guide le public entre deux ou trois lieux du réseau tram. Invité à un cheminement où les propositions artistiques s’interpellent et se répondent, les participants prennent part à différentes formes artistiques: expositions, performances, rencontres avec des artistes, conférences, projections, séances d’écoute…

Samedi 26 septembre
Jeu de Paume, Paris > Ecole supérieure d’arts de Rueil-Malmaison > Galerie municipale de Vitry-sur-Seine

Programme
— 13h: Irina Botea au Jeu de Paume – Exposition et performance
— 15h30: Grand atelier de dessin à l’Ecole supérieure d’arts de Rueil-Malmaison
— 17h30: Performance – mix. Utopia & co, Véronique Hubert, Ninar Esber et Bertrand Gaugue à la Galerie municipale de Vitry-sur-Seine
— 19h: Retour à Paris

Pour le premier parcours «Hospitalités», trois lieux à l’image de la diversité du réseau, avec trois approches de la performance.

Présentation
— Jeu de Paume, Paris
Exposition et performance
Irina Botea

Elle referme le cycle de la programmation Satellite de cette saison avec le projet Un instant de citoyenneté (2009). Le travail de Botea se situe aux confins du documentaire et de la fiction, une frontière subtilement esquissée à travers la vidéo, la performance, la photographie ou l’installation. Certaines de ses pièces superposent ou font alterner des images d’archives extraites de médias audiovisuels, ou s’en inspirent directement pour reconstituer des séquences de scènes réelles tirées d’événements historiques en rapport avec le pays natal de l’artiste.

Les deux oeuvres qu’elle présente, au foyer et à la mezzanine et sous forme de publication, s’inscrivent dans une démarche plus générale de relecture et de réinterprétation (au sens de jeu théâtral) de moments clés de l’histoire contemporaine de la Roumanie. Des événements ayant marqué un tournant décisif, le passage à un nouveau chapitre dans l’histoire de toute une communauté. Le panorama actuel obéit à de nouvelles cartographies du pouvoir, qui à leur tour génèrent de nouvelles zones de contact redéfinies quotidiennement et engageant des négociations et des hiérarchies d’un autre type, déterminées par la mondialisation et ses ramifications aux niveaux politique, économique et social.

Pour Avant l’hymne national (2009) et Un instant de citoyenneté (2009), produites spécialement pour cette exposition, Botea a demandé à un groupe de poètes de son pays de réécrire les paroles de l’hymne national roumain, assimilant par là cet acte à un espace dynamique et politique. En effet, vingt ans après les manifestations du 16 au 22 décembre 1989 qui aboutirent à la Révolution roumaine et à la chute de Nicolae Ceauşescu, Irina Botea cherche à interroger, à travers ce projet, des concepts tels que l’identité nationale, ou le rôle du citoyen dans la fabrication de nouveaux symboles pour une nation en chantier.

— Ecole supérieure d’arts de Rueil-Malmaison
Grand atelier
Pierre Dumonthier, Alain Marchand, Marion Uguen, Damien Perrollaz
Pour cette nouvelle édition de la manifestation Hospitalités, l’Ecole supérieure d’arts de Rueil-Malmaison offre l’opportunité rare d’assister à un Grand atelier de dessin de nus d’après modèles vivants dans le beau cadre de l’Atelier Grognard.
Grand atelier est un espace de travail au sein duquel se retrouvent des danseurs, qui jouent le rôle de modèles vivants, et des amateurs venus pour pratiquer le dessin et la peinture. Les participants sont accompagnés par deux artistes enseignants, Pierre Dumonthier et Alain Marchand.

Les danseurs/modèles évoluent sous la direction d’une chorégraphe, Marion Uguen. Ils se proposent à l’observation durant une « performance » d’une durée de quatre à cinq heures. Lors de cette séance de travail, improvisations lentes, poses statiques, déplacements intermittents se succèdent.

Dans sa forme temporelle, cet atelier s’inspire du rythme propre aux gamelans javanais : alternances de moments de travail et de repos dans un flux ininterrompu. Chaque participant peut s’arrêter lorsqu’il le désire et reprendre ensuite sans subir les pauses rituelles, tous les trois quarts d’heure, propres aux cours de modèle vivant. La présence d’un musicien, Damien Perrollaz, permet d’accentuer le rapport à l’observation des corps et rythme le travail des danseurs/modèles.

Les « visiteurs » du 26 septembre seront accueillis et invités à circuler parmi les participants. Ils pourront observer, à l’oeuvre, l’exercice du regard et s’y prêter. Ceux qui le souhaitent pourront dessiner.

— Galerie municipale de Vitry-sur-Seine
Performance – mix : Utopia & co
Véronique Hubert, Ninar Esber et Bertrand Gauguet
Alors que son exposition Utopia se poursuivra à la Galerie Municipale (du 5 septembre au 4 octobre 2009), Véronique Hubert présentera un montage vidéo et son mixé avec des matières visuelles issues du cinéma, de la danse contemporaine et de vidéos d’artistes. Le tout sur un fond sonore électronique, classique et éclectique.

Cette performance prendra part à la série Utopia fait son cinéma initiée au Cco de Villeurbanne lors de la Biennale Off de Lyon en 2005. La fée Utopia, personnage récurent dans l’univers de l’artiste, y apparaît par intermittence.

Pour cette performance mêlant les jeux, les genres, la violence, Véronique Hubert a invité deux artistes: Ninar Esber et Bertrand Gauguet. Leurs démarches respectives, pourtant différentes l’une de l’autre, possèdent la même diversité. Diversité plastique et diversité du geste dans les performances de Ninar Esber, où l’artiste implique son propre corps avec des gestes lents, aux limites de l’immobilité.

Diversité sonore et performative dans la démarche du musicien Bertrand Gauguet, dont la production se situe à la croisée de la musique acoustique, de l’amplification électronique et de l’improvisation, pour former une musique abstraite. Utopia & co sera l’occasion de savourer la rencontre de ces trois univers artistiques si prolifiques, à la Galerie municipale de Vitry-sur-Seine.

Informations pratiques
Un transport étant aussi prévu pour aller d’un lieu à l’autre, les différents modes de transport en Ile-de-France et les temps du trajet sont parfois investis par des artistes.

Un tarif unique de 5 € permet au public de participer à l’ensemble de la journée en bénéficiant d’un transport, de l’entrée dans tous les lieux et de la participation aux événements.