DANSE | SPECTACLE

Hors Saison. Progénitures

13 Fév - 13 Fév 2014
Vernissage le 13 Fév 2014

Tal Beit Halachmi présente, dans le cadre du festival «Hors saison»: Progénitures. La pièce se réfère au texte de Pierre Guyotat. La guerre, la pulsion sexuelle, la réalité esclavagiste constituent la toile de fond de cette œuvre. Avec Progénitures, la chorégraphe propose un solo à la fois physique, dense et enragé.

Tal Beit Halachmi
Hors Saison. Progénitures

Hors Saison, le rendez-vous danse d’Arcadi Ile-de-France.

«Pierre Guyotat occupe une place capitale dans l’histoire de la littérature française moderne. La guerre, la pulsion sexuelle, la réalité esclavagiste, l’omniprésence divine, animale et l’efficience de la Nature et de la matière constituent la trame de cette oeuvre tragique et comique à la fois. Progénitures m’habite profondément. Je trouve dans ce texte le monde avec ses beautés, ses couleurs, ses douleurs, sa cruauté. Je n’ai pas voulu monter une adaptation scénique du texte mais le porter, le donner avec mon coeur, mon expérience de femme. D’une grandeur incroyable et d’une poésie intense, seul ce texte pouvait autant me porter, m’emporter. À beaucoup d’égards il me dépasse. J’ai l’impression de me trouver face à un texte biblique et l’énigme dans ce grand poème s’inscrit en moi et me marque à vie. L’interprétation de ce texte demande toute ma disponibilité, tout mon engagement, toute ma force. C’est une profonde expérience. On touche quelque chose de colossal et le corps, celui d’un danseur, s’épanouit dans les possibilités qui s’ouvrent à lui.

Cette pièce est un grand chant pour moi, c’est un élan fort. Tout passe par sa musicalité, le souffle est en son coeur et la voix qui surgit du corps devient une matière capitale. Le lieu est défini par une structure de métal, inspirée par des oeuvres sculpturales de Louise Bourgeois. Une installation qui crée son propre territoire, un espace autre que celui de la scène. On y retrouve quelques éléments de la Vanité : le crâne au témoignage discret, des feuilles qui ne se fanent pas, moi-même, une femme-mouche, la terre. Je m’empare de la langue et de la violence du monde et je propose une plongée dans les profondeurs d’un univers archaïque, organique, toujours poétique et d’une expressivité musicale nouvelle: le corps s’accroche et cherche à être, furieusement.» (Tal Beit Halachmi)

Conception, interprétation: Tal Beit Halachmi
Texte: Progénitures de Pierre Guyotat (Éditions Gallimard)
Lumières: Françoise Michel
Son: Jonathan Merlin

Programmation
Samedi 8 février 2013 à la Ferme du Buisson, scène nationale de Marne-la-Vallée
— 14h30: Nacera Belaza, Le Trait. Pierre Rigal, Hassan Razak, Bataille
— 16h: Andréya Ouamba, Sueur des Ombres
— 17h30: Bernardo Montet, (Des)Incarnat(s)
— 19h: Mickaël Phelippeau, Chorus (à Torcy)
— 21h: Maud Le Pladec, Democracy

Dimanche 9 février à la Ferme du Buisson, scène nationale de Marne-la-Vallée

— 14h30: Nacera Belaza, Le Trait. Pierre Rigal, Hassan Razak, Bataille
— 16h30: Andréya Ouamba, Sueur des Ombres
— 18h: Bernardo Montet, (Des)Incarnat(s)
— 19h30: Maud Le Pladec, Democracy

Lundi 10 février au Théâtre de Vanves
— 19h30: Ivana Müller, Positions (Salle Panopée)
— 21h: Myriam Gourfink, Déperdition

Mardi 11 février à La Gaîté lyrique

— 20h: Début de la soirée, Weightless Days. Mark Tompkins, Opening Night

Mercredi 12 février au Tarmac
— 20h: Emmanuelle Huynh, Múa
— 21h: Andréya Ouamba, Step Out/2

Jeudi 13 février au Théâtre de Vanves
— 19h30: Tal Beit Halachmi, Progénitures (Salle Panopée)
— 21h: Marlene Monteiro Freitas, Paraíso, colecção privada