DANSE | SPECTACLE

Hauts Cris (miniature)

03 Fév - 05 Fév 2011
Vernissage le 03 Fév 2011

Dans Hauts Cris, le son et le mouvement sont dans une interaction permanente, « pour retrouver un cri qui semblait s’éloigner de moi », confie Vincent Dupont, « pour retrouver cette énergie-là de la révolte »...

Vincent Dupont
Hauts Cris (miniature)

Horaire : 19h30
Durée : 45 min
Lieu : Galerie

― Chorégraphie et interprétation : Vincent Dupont
― Son : Thierry Balasse
― Lumière : Yves Godin
― Assistante artistique : Myriam Lebreton
― Décor : Boris Jean
― Travail de la voix Valérie Joly
― Texte : Agrippa d’Aubigné

S’il fallait trouver un point commun à toutes les propositions de Vincent Dupont, on pourrait dire : le son. Pas seulement parce qu’il porte une attention minutieuse au travail sonore, mais parce qu’une des ambitions avouées de ses spectacles est de donner à entendre autant qu’à voir, la façon dont les corps produisent à la fois des impressions visuelles et des images sonores.

Hauts Cris (miniature)
ne déroge pas à la règle que s’est fixée Vincent Dupont, comédien et danseur pour d’autres (notamment Hubert Colas et Boris Charmatz) avant de devenir son propre homme de spectacles. On ne dévoilera pas ici les mille et une inventions scéniques, gestuelles, sonores, qui font la beauté de ces spectacles et l’émerveillement du spectateur, car l’inattendu et la surprise sont une part essentielle de la poétique de Vincent Dupont. Mais on peut au moins donner un avant-goût des dispositifs à l’œuvre.

Dans Hauts Cris (miniature), un homme semble coincé dans le cadre du décor, pourtant une conviviale salle à manger. Les meubles sont délibérément un peu trop petits pour lui, ou bien c’est l’homme qui est trop grand pour le monde. Il ne peut que se révolter. Des capteurs posés dans le décor et sur le corps du danseur, amplifiés et retravaillés par le musicien Thierry Balasse finissent par provoquer un vacarme assourdissant. C’est le bruit énorme que font des hommes qui se mettent en mouvement pour se libérer.