DANSE

H2O, Daybreak

PSmaranda Olcèse-Trifan
@22 Oct 2008

La soirée#3 s’est placée sous le signe de l’expérimentation formelle. Dans H2O, trois danseurs s’efforcent de retrouver un état liquide de la matière, tandis que le mouvement de Daybreak se joue à la surface des choses... 

Le Théâtre de l’étoile du nord aura dédié le mois d’octobre à la danse. En effet, du 2 au 25 octobre 2008, cette scène conventionnée a accueilli la 3e édition du festival Avis de turbulences. Cet événement est né du souhait de soutenir et d’accompagner les compagnies reçues en résidence à l’Étoile du nord, qu’elles soient de Paris ou d’ailleurs.

L’un des charmes du festival est de nous mettre en présence de propositions inattendues, d’explorations parfois insolites, mais qui restent à propos dans leur audace créative. Les turbulences qui ont pris place dans ce creuset des idées chorégraphiques se sont déclinées en quatre séries — les soirées  #1, #2, #3, #4, autant d’interrogations surprenantes et éclectiques sur des matériaux chorégraphiques, sonores, cinématographiques.

La soirée#3 s’est placée sous le signe de l’expérimentation formelle. Dans la chorégraphie H2O, trois danseurs s’efforcent de retrouver un état liquide de la matière. La première séquence introduit l’idée de la pièce : les danseurs s’installent dans le noir, allongés au sol, et commencent à bouger, selon un principe similaire à la danse contact, réagissant à des impulsions qui traversent le corps et se transmettent dans les autres corps. Les points de contact sont inattendus et la chaîne reste élastique, les mouvements sont assez fluides malgré la tension qui se perçoit dans les membres. Et cette idée de fluidité, de liquidité est inscrite dans la qualité même du mouvement. La suite se donne comme autant de variations sur cet état initial.

Le trio semble fonctionner comme un duo «  + 1 » toujours en train de se reformer, le « 1 » étant un contrepoint qui répercute les impulsions, les chocs provoquant les changements d’état de la matière. Si le mouvement d’ensemble fait toujours penser à des flux et reflux, la qualité du mouvement qui traverse les membres tendus des danseurs s’apparente plus à l’énergie qui déclenche l’impact.

Dans son solo, Daybreak, Erika Zueneli semble prise elle aussi dans une recherche formelle. Ce n’est plus un état de la matière qui est concerné, mais le corps humain avec ses projections, automatismes et rêves charnels, son corps à elle, de femme et de danseuse. Chaque partie du corps répond à des rythmes propres et arbitraires, dont un métronome, dès l’ouverture, donne la tonalité. Mais il s’agit surtout d’images, car les postures étranges où des rythmes conduisent les membres de ce corps décentré font écho au mouvement figé à vif des peintures de Francis Bacon. On ne peut s’empêcher de penser aussi aux sculptures de Hans Bellmer, poupées aux membres schizophrènes qui obéissent aux contraintes arbitraires d’un créateur débridé. Une sensation troublante se dégage de cette pièce : le mouvement n’est pas vécu dans le corps, mais se joue à la surface des choses.

Une dernière occasion de nous laisser surprendre nous est offerte avec ADT, la soirée#4, qui se déroulera du 23 au 25 octobre. 

 H2O

— Conception : ACT2, compagnie Catherine Dreyfus
— Interprétation : Jaime Flor, Xiména Zalazar Firpo, Catherine Dreyfus
— Musique : Thomas Jeker
— Lumière : Arnaud Poumarat
— Costumes : Mina Ly

Daybreak

— Chorégraphie et interprétation : Erika Zueneli
— Conseil artistique et création son : Sébastien Jacobs
— Assistant : Olivier Renouf
— Costume : Colette Huchard
— Lumière : Christian Welti