ART | EXPO

Strict et léger

26 Jan - 17 Mar 2018
Vernissage le 26 Jan 2018

L’exposition « Strict et léger », à la galerie rennaise Oniris, réunit des œuvres récentes de Guillaume Moschini, peintre de la couleur qui s’inscrit dans la lignée des représentants de la peinture abstraite américaine comme Morris Louis, Ellsworth Kelly et Kenneth Noland.

L’exposition « Strict et léger » à la galerie Oniris de Rennes présente de récentes peintures de Guillaume Moschini, fruits de recherches constantes sur l’art pictural et en particulier sur la couleur et le support.

Guillaume Moschini, dans la lignée de la peinture abstraite américaine

L’exposition réunit des peintures de Guillaume Moschini sélectionnées parmi des séries réalisées ces dernières années. Abstraites, ces œuvres ont pour enjeu central la couleur. C’est à elle que le peintre s’en remet entièrement, lorsque, à main levée, il trace les formes simples d’un geste précis. Dans la lignée des représentants de la peinture abstraite américaine comme Morris Louis, Ellsworth Kelly et Kenneth Noland, Guillaume Moschini travaille sur le rythme des couleurs et de l’espace, qu’il vise à faire ressentir.

L’exposition « Strict et léger » témoigne des recherches picturales de Guillaume Moschini

Les nouvelles séries de Guillaume Moschini témoignent des avancées constantes de ses recherches sur la peinture. Si sa palette demeure vive et contrastée, elle aborde désormais des couleurs plus nuancées. Aux oppositions tranchées d’aplats roses, verts, jaunes, noirs ou oranges répondent des teintes du beige au gris, de nouvelles couleurs et des superpositions de couches de différents coloris résultant en de singuliers effets.

Guillaume Moschini, peintre de la couleur et du support

Outre la couleur, le support est également central dans la pratique de Guillaume Moschini qui utilise des surfaces brutes et non préparées. Celles-ci jouent un rôle essentiel dans l’aspect de l’œuvre puisque selon leur grammage et leur densité, les toiles et papiers utilisés réagissent différemment à la matière, l’absorbent ou non, révèlent profondeur ou intensité.