PHOTO

Guess who I Saw in Paris ?

PHélène Sirven
@12 Jan 2008

Alors que Duchamp proposait de se servir d’un Rembrandt comme planche à repasser (« ready made réciproque »), Baudevin se servirait, lui, du logo d’un produit pharmaceutique ou d’un objet ménager comme un Mondrian ou un Malévitch..

Depuis 1987, Francis Baudevin effectue des prélèvements dans le champ des signes, dans l’univers actuel des codes, et peint « sans prétexte » (entretien avec Christophe Cheix). Il conserve dans le titre de ses œuvres quelques éléments linguistiques (nom d’une marque, par exemple »: Daflon, Colophos, Bouygues, Ortofon, Fender), mais s’attache à restituer fidèlement couleurs, formes, composition des emballages, des logotypes choisis.
Son travail net, concret, c’est-à-dire abstrait, incite fortement à réfléchir à « l’influence des modèles géométriques dans notre quotidien » (entretien avec Anaïd Demir, « Paroles d’artiste »). Alors que Duchamp proposait de se servir d’un Rembrandt comme planche à repasser (« ready made réciproque »), Baudevin, plutôt interprète qu’auteur, se servirait, lui, du logo d’un produit pharmaceutique ou d’un objet ménager comme un Mondrian ou un Malévitch, avec ou sans craquelures.

La galerie présente un ensemble d’œuvres récentes (peintures à l’acrylique sur toile, fixées ou pas sur châssis aluminium) dont un mural (peint aussi à l’acrylique) empruntant sa structure et ses couleurs au tableau graphique des services et tarifs d’une entreprise de téléphones mobiles.
Il y a aussi une projection qui comporte un « motif implosé » puis le sigle Tupperware; dans une pièce à part, on peut voir deux boîtiers de cassettes vidéo du concert des New Order (le dos des boîtiers peints s’est craquelé « à la manière d’une peinture de Mondrian »).
Baudevin collecte, sample, « remastérise », c’est-à-dire « rafraîchit » en quelque sorte la modernité, en utilisant notamment de nouveaux supports. Ce qui a pu s’épuiser, se vider, est ici recyclé, invitant le spectateur à de nouvelles associations, libres de droits d’auteur.

Dans sa contribution artistique, Francis Baudevin, attaque le visuel comme un morceau musical, un morceau indéfiniment « mixable », apparemment hors contexte. Mais cette présence évidente de la peinture — la plus plane soit-elle — ne manque pas d’ancrer sa méthode dans un champ expérimental ouvert et spécifique : celui de l’art actuel.

Francis Baudevin :
Sans titre, 2003. Acrylique sur toile. 39 x 57 cm.
K7, 2003. Boîtiers de cassette vidéo, bois. 22,50 x 8,50 x 14,50 cm.
Colophos, 2002. Acrylique sur toile sur châssis, aluminium.130 x 95 x 6 cm.
Peinture murale, 2003. Acrylique sur mur. Dimensions variables.
Daflon, 2002. Acrylique sur toile sur châssis, aluminium.115 x 72 x 3 cm.
Sans titre, 2003. Acrylique sur toile. 39 x 57 cm.
Sans titre, 2003. Lampe poursuite avec lentille sérigraphiée. Dimensions variables.

AUTRES EVENEMENTS PHOTO