ART | EXPO

Splittin At The Seam

16 Oct - 30 Nov 2019
Vernissage le 17 Oct 2019

L’exposition « Splittin At The Seams » à la galerie parisienne Valentin dévoile de nouvelles œuvres de Graham Wilson pour lesquelles il a utilisé certaines de ses anciennes réalisations. Ces peintures, sculptures et installations explorent les thèmes de l’art, de la création et de la destruction, mais aussi la société américaine et l’impact de l’environnement dans lequel on grandit sur la construction de l’identité.

L’exposition « Splittin At The Seams » à la galerie Valentin, à Paris, présente de nouvelles peintures, sculptures et installations de Graham Wilson, qui témoignent de l’évolution constante de sa pratique. Ces créations récentes de l’artiste américain sont en outre nourries par le thème, omniprésent dans son œuvre, de l’histoire, qu’elle soit collective ou personnelle.

« Splittin At The Seams » : Graham Wilson à la galerie Valentin

L’exposition explore le fait de grandir dans l’Amérique moderne, les conditions psychologiques qu’implique cette expérience, la relation qu’entretient l’homme avec les objets, et au-delà, les conséquences et les répercussions de ces objets, de leur processus de fabrication à leur possession. Graham Wilson offre ici un aperçu intime de sa vie et du rôle que l’art y joue.

Les œuvres ici présentées par Graham Wilson se singularisent par leur mode de production, l’artiste ayant choisi de rappeler le stock des œuvres invendues des galeries qui le représentent, de les détruire et de les réutiliser. Un geste qui souligne la nécessité de faire des choix conscients pour progresser autant que le besoin permanent de l’artiste d’expérimenter.

Graham Wilson explore la création et la destruction

Opérant tel un chercheur qui se livrerait à une expérience scientifique, Graham Wilson teste les limites physiques des matériaux et en tire de nouveaux objets et assemblages. Cette démarche fait écho à la situation d’urgence dans laquelle nous nous trouvons et qui requiert de trouver des usages à des matériaux désormais en surnombre. Ainsi l’installation Downsizing est-elle inspirée du film réalisé par Alexander Payne en 2017 et dans lequel des individus sont rétrécis afin de limiter la consommation des ressources naturelles.

La série DBL et les « quilt paintings » qui étaient auparavant des compositions en all-over, sont désormais complètement démantelées. Leurs différents fragments réunis par Graham Wilson offrent l’image d’une fiction apocalyptique dans laquelle il serait confiné dans son studio et ne disposerait que de ces quelques éléments à sa portée pour créer. Le combat entre création et destruction, récurrent dans son œuvre, trouve ici un point culminant.