ART | EXPO

Goodbye. Hello

10 Juin - 25 Juil 2015
Vernissage le 10 Juin 2015

Chez Nicola Tyson, l’humour vire à la satire et souvent à l’hystérie. A l’espace II de la galerie, l’artiste anglaise présente trois peintures et un ensemble de dessins. Le groupe de sept petits dessins carrés réalisés au crayon fait partie de ceux que, depuis le début de l’année 2015, Nicola Tyson poste chaque jour sur un réseau social.

Nicola Tyson
Goodbye/Hello

A l’espace II de la galerie, l’artiste anglaise Nicola Tyson présente trois peintures et un ensemble de dessins récents, où l’on retrouve la confrontation de ses ambiguïtés visuelles.

Dans Self-portrait: Single Tear 2015, la «tête» parfaitement ronde de l’artiste flotte sur la toile, sans lien avec ses cheveux raides tombant à la verticale. Dans sa bouche ouverte apparaissent des doigts à la place des dents. D’un de ses yeux vides mais pleins de vie, une larme est sur le point de couler.

L’absurde a toujours été un ingrédient important de l’approche de Nicola Tyson: l’humour vire à la satire et souvent à l’hystérie. Dans Self-portrait: Weeping 2015, l’artiste fait référence à la «femme qui pleure» de Picasso, mais c’est ici sa propre expérience qu’elle décrit. Son nez semble cependant doubler de taille, tel un pénis éjaculant littéralement sur son visage. C’est souvent ce que ressentent les spectatrices face à l’histoire de l’art, mais derrière l’expression étonnée de Nicola Tyson se cache aussi un regard ferme, plein d’assurance et d’autorité artistique.

Dans Figure Waving 2015, une créature — mi animal, mi «femme» — nous regarde avec coquetterie par-dessus son épaule, tout en agitant une gigantesque main en carton. S’agit-il d’un bonjour ou d’un adieu? Parallèlement, en lieu et place de son autre bras poussent des rubans de verdure qui fouettent l’air environnant.

Ce trio de peintures décrit-il la douleur ou le soulagement? Un peu des deux, sans doute. C’est en fait le dernier ensemble pictural que Nicola Tyson envisage de réaliser pour le moment, car elle se concentre désormais sur la sculpture. Sa longue relation avec la peinture sera donc provisoirement en suspens.

Le dessin demeure cependant au centre de sa pratique: l’exposition présente un groupe de sept petits dessins carrés réalisés au crayon. Depuis le début de l’année 2015, Nicola Tyson poste chaque jour un dessin sur un réseau social (#NicolaTysondrawingaday). Ses publications ont été particulièrement suivies: c’est pour elle une belle opportunité de partager et d’avoir un retour instantané sur son travail qui serait beaucoup moins visible sans cela. Son œuvre antérieure est ponctuée de travaux spécialement conçus pour le format carré d’Instagram (nicola_tyson) — comme le groupe de dessins exposé.

Nicola Tyson est née à Londres en 1960. Elle vit et travaille aujourd’hui dans le nord de l’Etat de New-York. Principalement connue comme peintre, Nicola Tyson a également utilisé dans son travail la photographie, le film, la performance et l’écriture.