ART | EVENEMENT

Gol, 25 ans d’obscurité sonore

27 Sep - 12 Oct 2014
Vernissage le 27 Sep 2014

Le groupe constitué fin des années quatre-vingt célèbre un quart de siècle d'expérimentation musicale et de performance. Pour cet événement, l'atelier m.u.r.r. revisite ses archives visuelles et présente les images, les sons, les textes et les vidéos de ceux qui ont contribué à l'histoire du groupe.

Groupe GOL: Ravi Shardja, Samon Takahashi, Frédéric Rebotier et Jean-Marcel Busson
GOL, 25 ans d’obscurité sonore (musiques orientables, conceptualisme dada et jardinage)

Le groupe GOL (Ravi Shardja, Samon Takahashi, Frédéric Rebotier et Jean-Marcel Busson) célèbre un quart de siècle d’expérimentation musicale et de performance au travers de ses archives audios, photos, vidéos et imprimées. Ils investissent jusqu’au 12 octobre la Maison Flottante ainsi que certains espaces de la Maison Levanneur. Pour le Festival «Island #6», ils produiront un concert performance dos à dos le samedi 27 septembre et un autre pour musiciens disséminés le dimanche 28 septembre.

GOL est une formation de vapeur de lysergamide produite par le précipité des sons d’un bocal de nouilles électrifiées. C’est comme ça qu’ils cuisinent, sans faire attention; il y a toujours des taches sur le tapis. Ils manipulent des objets plus ou moins homologués pour faire leur soupe de coq à l’âne et ça prend des couleurs non mentionnées dans le Pantone. Sexy d’aspect, suave de goût et âpre au palais, la musique de GOL s’ingère par tous les trous; entièrement improvisée, l’entêtant parfum de la violente immobilité de la campagne morvandelle au milieu de l’été en émane par effluves généreuses.

Evidemment, on ne sait jamais à quoi s’attendre : il y en a un qui se dit jardinier, un autre qui n’est pas là, le troisième joue de trois instruments en même temps et le quatrième vous attend au bar.

Constitué au crépuscule des années quatre-vingt par quatre lurons réfractaires au rock-pop FM et à la variété post-disco d’alors, GOL s’oriente en toute naïveté vers des intentions révolutionnaires pavées «d’à peu près» jubilatoires comme de virtuosité impromptue.

Depuis 25 ans, le sémillant et discret combo, marque l’histoire inconnue des musiques inouïes par salves discographiques irrégulières et affiche aujourd’hui une quinzaine de productions à son actif, pierres angulaires d’une carrière où professionnalisme et amateurisme se confondent sans s’excuser.

Les musicologues et les lexicographes débattent en vain d’une définition idéale, et, ont pu être entendus les termes de «mambo corporate», «hard cool», «heavy lethal», «disco psychédélique», «électroacoustique flasque», «musique dodécadente» ou encore «expérimentalisme tropical».

Bien que n’étant pas un acronyme, GOL s’écrit en majuscule.
Il tombait sous le sens qu’une célébration digne de ce nom pose enfin la question de l’existence du groupe anonyme le plus légendaire du Morvan et répercute l’écho de la critique tant adéquate entendue un soir de concert helvétique où le génie côtoya la faute de frappe: Gemial!

Pour cet événement, l’atelier m.u.r.r. revisite les archives visuelles de GOL et présente les images, les sons, les textes et les vidéos de ceux qui ont contribué à l’histoire du groupe: Nusrat Al Batin, Anouk Azar, Ana-Maria Avram, Marie Bonnet, Vincent Busson, Sébastien Busson, Denise Cabet, Jean-Marc Chevalet, Denis Chevalier, Delphine Coindet, Olivia Creed, Mattia Denisse, Mercantul Denos Ferat, Iancu Dumitrescu, Luc Ferrari, Jérome Fino, Ariel Fleiszbein, Tatiana Gameroff, Hrvoje Goluza, Hervé Guibert, Charles Hayward, Fabrice Hybert, Hyperion Ensemble International, Don Janyol, Yann Leguay, Cathy Maï, Olivier Maurel, Elli Medeiros, Brunhild Meyer-Ferrari, Junya Murakami, Dave Nuss, Tahas Oman Kashi, Céline Orvain, Charlemagne Palestine, Sayoko Paris, Mik Quantius, Emmanuel Quentin, Corinne Sautot, Fred Segal, Claudia Squitieri, Philippe-Emmanuel Sorlin, Ghédalia Tazartès, Matei Teodorescu, Petru Teodorescu, Myriam Tirler, Dennis Tyfus, Mo Xia, …