ART | EXPO

Going Public Sculpture

01 Fév - 26 Fév 2022
Vernissage le 01 Fév 2022

L’exposition du peintre américain James Hyde à la galerie Les Filles du Calvaire est paradoxalement intitulée « Going Public Sculpture ». Ce titre traduit la réalité d’une démarche esthétique raisonnée depuis trente années dans le but de dégager une essence de la peinture en confrontant sa matérialité à celles de la sculpture, la fresque, la photographie, et même à celle des images virtuelles.

La recherche de James Hyde vise à définir les singularités de la peinture à la périphérie et à la différence des autres pratiques artistiques. Cette façon résolument matérielle d’aborder la peinture s’inscrit dans le titre de chaque œuvre par l’énoncé minutieux des éléments qui la composent. La légende d’Hermes (Public Sculpture) s’accompagne ainsi de cette précision : « Dispersion de pigments acrylique, acrylique, impression jet d’encre (sur papier Archival) et vernis uréthane sur panneau d’affichage en vinyle tendu (uv). 213 x 244 cm ».

Public sculpture: palette de matériaux

L’importance accordée à la matérialité dans son travail de peintre a conduit James Hyde à se constituer une « palette de matériaux », et à réaliser des « peintures dans des boîtes en verre, des fresques sur des blocs de polystyrène géants, avec de l’émail, du plastique, du bois, de l’acier et du béton ». Autant d’actions visant à remettre en question la définition traditionnelle de la peinture, jusqu’à transformer certaines peintures en barrières, étagères, mobiles, chaises et même en table basse lumineuse. Il s’agit en somme pour James Hyde de dégager de façon résolue et raisonnée une essence de la peinture par différences et confrontations avec les autres pratiques artistiques.

La peinture : dialogue des matières

L’exposition de James Hyde à la galerie Les Filles du Calvaire est ainsi paradoxalement intitulée « Going Public Sculpture ». Mais ce titre paradoxal pour une exposition de peinture traduit la réalité d’une démarche esthétique raisonnée depuis trente années en vue de dégager une essence de la peinture en confrontant sa matérialité à celles de la sculpture et la fresque, et de plus en plus à celles de la photographie et des images virtuelles. Le but étant de définir les singularités de la peinture à la périphérie des autres pratiques artistiques.

Cette façon résolument matérielle d’aborder la peinture s’inscrit dans le titre de chaque œuvre par l’énoncé minutieux des éléments qui la composent. La légende d’Hermes (Public Sculpture) s’accompagne ainsi de cette précision : « Dispersion de pigments acrylique, acrylique, impression jet d’encre (sur papier Archival) et vernis uréthane sur panneau d’affichage en vinyle tendu (uv). 213 x 244 cm ».

James Hyde considère qu’il « existe de nombreuses variétés au sein de nombreuses traditions, bien plus que la simple peinture de figures à l’huile sur toile ». C’est cet au-delà de la « simple peinture » que présente l’exposition de la galerie Filles du Calvaire.