ART | EXPO

God Machines

21 Mar - 23 Avr 2011
Vernissage le 21 Mar 2011

Robert Longo présente trois immenses dessins au fusain qui se déploient du sol au plafond dans la salle dʼexposition principale de la galerie. Composé chacun de plusieurs panneaux encadrés, ils évoquent les trois grandes religions monothéistes de lʼhumanité par une image grandiose et emblématique de leurs lieux sacrés.

Robert Longo
God Machines

La galerie Thaddaeus Ropac présente lʼexposition «God Machines» de lʼartiste américain, Robert Longo. Les trois niveaux de la galerie seront entièrement dédiés à ce splendide ensemble dʼoeuvres récentes. Il sʼagit de la première exposition personnelle de Robert Longo à Paris depuis de nombreuses années.

God Machines est une installation monumentale et majeure de lʼartiste. Elle présente trois immenses dessins au fusain qui se déploient du sol au plafond dans la salle dʼexposition principale de la galerie. Composé chacun de plusieurs panneaux encadrés, ils évoquent les trois grandes religions monothéistes de lʼhumanité par une image grandiose et emblématique de leurs lieux sacrés: La Mecque en Arabie saoudite, la basilique Saint-Pierre de Rome et le Mur des Lamentations à Jérusalem.

La Mecque constitue le site le plus vénéré de lʼIslam, où des millions de fidèles accomplissent le pèlerinage qui leur est obligatoire au moins une fois dans leur vie. La Basilique Saint-Pierre, haut lieu sacré de la Chrétienté, est aussi un lieu de pèlerinage dont lʼintérieur est le plus vaste au monde. Lʼartiste a dessiné la nef ogivale et ses collatéraux sur huit panneaux de papier. Le Mur des Lamentations, dʼun minimalisme qui converge vers lʼabstraction, représente lʼunique vestige de lʼesplanade du Second Temple de Jérusalem, bâti du temps dʼHérode le Grand (vers 19 av. J.-C.), maison sacrée du Judaïsme. Les pèlerins y pleurent la destruction du Temple et lʼexil du peuple juif.

Cet ensemble narratif monumental tire sa force de la transposition dʼun mode dʼexpression à priori intime tel que le dessin à lʼechelle monumentale qui appartient plus à la peinture, élevant ce medium à un rang encore jamais vu jusquʼà présent. Robert Longo manipule les clairs-obscurs à lʼégal des maîtres du passé et parvient à suggérer de profondes émotions par ses jeux dʼombres et de lumières.

Cet artiste réputé pour sa remarquable acuité dʼobservation psychologique se place à la convergence du sentiment intime et du phénomène sociétal pour mieux rendre compte du monde où nous vivons aujourdʼhui. Malgré le recours à des photographies comme point de départ, le rendu de ses oeuvres reste éminemment personnel dans leur conception et fortement abstraits. Ce sont des images savamment fabriquées, douées dʼune présence physique extraordinaire. Le choix des sujets revêt souvent des connotations politiques. Il procède dʼune réflexion sur le pouvoir et ses rouages implicites dans les multiples aspects de notre vie.

Robert Longo est surtout célèbre pour la série des Men in the Cities [Hommes dans les villes] créée au début des années 1980. Depuis une dizaine dʼannées, il a élaboré plusieurs séries importantes, notamment Monsters [Les Monstres], des vagues sur le point de se briser; The Sickness of Reason [La Maladie de la raison], des nuages atomiques qui sʼélèvent vers le ciel; Ophelia [Ophélie], de mystérieuses roses rouges épanouies. «Les roses, les bombes et les vagues, explique lʼartiste, sont saisies dans lʼinstant de leur existence. Une bombe est faite pour exploser, une rose est vouée à éclore, une vague est destinée à se fracasser. Elles sont à leur moment de pleine réalisation (Propos de lʼartiste recueillis par Robert Enright et Meeka Walsh, «Working towards Affection», Border Crossings, n° 115, spécial dessin, septembre 2010, p. 46.).»

Lʼexposition comprendra aussi des études et des oeuvres dʼun seul panneau, sur des thèmes qui le préoccupent actuellement, depuis les tigres jusquʼaux femmes en burqa, en passant par les vagues, les forêts sombres et les concerts de rock.

Un catalogue bilingue français-anglais sera publié à lʼoccasion de lʼexposition. Il sera rédigé par le poète et critique new-yorkais, Richard Milazzo, auteur de nombreux écrits sur Richard Longo.

critique

God Machines