ART | CRITIQUE

Glissements de terrain

PAlexandrine Dhainaut
@25 Sep 2009

Sous ses allures de bric-à-brac, l’exposition concoctée par Emmanuelle Villard et Xavier Noiret-Thomé offre une occasion haute en couleur de décloisonner les genres de la peinture contemporaine.

Inspirée par l’exposition «The Third Mind», carte blanche laissée à Ugo Rondinone au Palais de Tokyo, l’exposition «Glissements de terrain» a été conçue par les commissaires et artistes Emmanuelle Villard et Xavier Noiret-Thomé, comme une broderie, un canevas de styles, de matériaux et de couleurs.

Placée sous le signe de l’hétéroclite, elle laisse les œuvres résonner entre elles, se déborder. Il n’est certainement pas question de territoire, mais bien d’un même terrain de jeu, où l’on exposerait davantage des pièces que des noms (l’absence de cartels n’est évidemment pas anodine). Le visiteur «glisse» d’un univers à un autre non sans effort. Car, d’emblée, les liens entre les œuvres ne sont pas évidents. Et pour cause, l’accrochage volontairement bigarré résiste à une lecture immédiate des œuvres.

Emmanuelle Villard et Xavier Noiret-Thomé ont opté pour une exposition complexe, multiprise et c’est là tout son intérêt. Non seulement, elle joue des contradictions qui ont animé l’Histoire de l’art en mettant le figuratif et l’abstrait sur un même plan, mais également celles qui animent les artistes.

Les six peintres ont été retenus pour leur capacité à échapper à tout dogmatisme, à faire de grands écarts dans leur propre pratique. Le décor est donc planté dès le rez-de-chaussée de la galerie: le roi dandy de Walter Swennen (Blue Smocking) semble distribuer les cartes d’un jeu de rebonds, de renvois, de références et de contradictions.

A l’exemple d’Adrian Schiess, figure de proue de l’exposition avec son «glissement de terrain» littéral: deux plaques monumentales laquées (Malerei) se chevauchent à même le sol, en faisant face à ses œuvres de petits formats, Coucher de soleil et Soleil. Dans l’œuvre de l’artiste suisse les miroirs monumentaux, lisses et glacés, côtoient les «gouffres visuels», comme les nomme Emmanuelle Villard, sortes de concrétions de matériaux et de couleurs empâtées.

Les artistes mélangent les styles et multiplient les références aux maîtres de la peinture, telle cette main toute picassienne cernée de rose dans la toile de Xavier Noiret-Thomé L’Indien protecteur, ou encore dans les titres mêmes des œuvres d’Adrian Schiess, Pleine lune ou Coucher de soleil qui renvoient au courant impressionniste.

Néanmoins, cette apparente hétérogénéité ne nuit nullement à la cohérence plastique. Les œuvres dialoguent entre elles, largement aidées par l’accrochage. Les rapprochements sont à la fois d’ordre formel: les points oranges peints à la bombe de la peinture Fruits de Stéphane Calais répondent à ceux de L’Indien protecteur de Xavier Noiret-Thomé; la géométrie de l’Arlequinade de ce dernier rappelle celle de la boule style pompadour d’Emmanuelle Villard (OV-55.03); l’aplat de La Tente jaune de Walter Swennen à celui du Dumpster Drawing (Orange) de John Beech, etc.

Les rapprochements ne sont pas dénués d’humour. Ainsi, trois œuvres sont au «coude à coude»: Apaches, peinture de Stéphane Calais mettant en scène des membres articulés, fait face à la fléchette géante de Xavier Noiret-Thomé dans la toile Dart, induisant un mouvement du coude, et à Oskar, une sculpture en bronze peint de Walter Swennen qui accueille le visiteur d’un sympathique bras d’honneur.

A cet égard, Oskar exprime sans doute l’attitude des artistes de «Glissements de terrain», qui s’inscrivent dans l’Histoire de l’art autant qu’ils s’en moquent, qui assument leur mauvais goût, refusant ainsi d’appartenir à une quelconque famille artistique.

John Beech
— Dumpster Drawing (Orange), 2005. Photo noir et blanc avec laque et punaises. 102 x 244 cm.
— Rotating Painting #140, 2003. Plexi, laque, engrenage rond, vis. 42,9 x 10,8 x 55,6 cm.
— Rotating Painting #174, 2005. Plexi, laque, engrenage rond, vis. 19,4 x 19,1 x 7,6 cm.
Coated Drawing #75, 2006. Photo noir et blanc avec laque sur panneau d’aluminium. 55,3 x 34,9 cm.
Coated Drawing #71, 2006. Photo noir et blanc avec laque sur panneau d’aluminium. 55,3 x 34,9 cm.

Stéphane Calais
Fruits, 2009. Encre et acrylique sur toile. 80 x 100 cm.
— Apaches, 2009. Encre sur acrylique sur toile. 80 x 100 cm.
— Masque au toucan, 2009. Encre et acrylique sur toile. 60 x 80 cm.
Carnaval à Molenbeek, 2009. Encre et acrylique sur toile. 60 x 80 cm.
— Pleine lune, 2003. Technique mixte. 25 x 30 cm.

Xavier Noiret-Thomé
L’Indien protecteur, 2009. Technique mixte sur toile. 250 x 200 cm.
— Arlequinade, 2005-2009. Technique mixte sur toile. 170 x 140 cm.
— Dart, 2009. Technique mixte sur toile. 250 x 200 cm.
— Flac. Technique mixte sur toile. 120 x 100 cm.
— Black-Blub, 2008-2009. Technique mixte sur toile. 60 x 40 cm.
Dark-Side, 2007. Technique mixte sur toile. 40 x 30 cm.
Magnesia, 2009. Technique mixte sur toile. 40 x 30 cm.

Adrian Schiess
— Malerei, 2003-2005. Laque sur aluminium et panneau. 218 x 300 cm.
— Malerei, 2007. Jet d’encre et laque sur aluminium et panneau. 218 x 299 x 2 cm.
— Coucher de soleil, 2003. Technique mixte 25 x 30 cm.
Soleil, 2003. Technique mixte. 25 x 30 cm.
Coucher de soleil, Winter, 2003. Technique mixte. 25 x 30 cm.

Walter Swennen
— Blue Smocking, 2009. Huile sur toile. 100 x 80 cm.
— Oskar, 2000. Sculpture en bronze peint. H : 75 cm. L : 25 cm.
(La Tente), 2009. Huile sur toile. 50 x 60 cm.
Mur, 2009. Huile sur toile. 160 x 130 cm.
Feutre, 2009. Caparol et huile sur tissus. 41 x 50 cm.
Chalet, 2009. Huile sur toile. 80 x 70 cm.

Emmanuelle Villard
OV-55.03, 2009. Technique mixte. 55 cm de diamètre x 70 cm.
OV-40.19, 2009. Technique mixte. 42 cm de diamètre.
— Ossetra n°3, 2006. Billes sur verre et acrylique sur toile. 17 x 22 cm.
— Ossetra n°1, 2006. Billes sur verre et acrylique sur toile. Diam 20 cm.
— Sans titre n°21, 2009. Technique mixte.
— EW n°11, 2009. Acrylique sur toile. 27 x 19 cm.
— EW n°12, 2009. Acrylique sur toile. 30 x 24 cm.
— Medley n°5, 2008. Technique mixte. 162 x 130 cm.

Publication
Jean-Marc Huitorel, La Peinture imaginée, in Xavier Noiret-Thomé, Ed. La Lettre volée, Collection Insert, Bruxelles