ART | EXPO

Gestes et mesures à l’horizon des surfaces

22 Mar - 26 Mai 2012
Vernissage le 22 Mar 2012

La jeune artiste plasticienne Elodie Seguin interroge le processus de production en art et sa représentation artistique in situ. A partir de matériaux précaires, elle habite l’espace et propose une réflexion basée sur l’incongruité de formes plastiques pauvres au sein d’une architecture qui les font interagir, ainsi qu’une réflexion sur le caractère éphémère d’un art en mouvement constant.

Elodie Seguin
Gestes et mesures à l’horizon des surfaces

Diplômée de l’Ecole des beaux-arts de Paris en 2009, Elodie Seguin expose pour la deuxième fois à la galerie Jocelyn Wolff, poursuivant ses expérimentations plastiques basées sur un questionnement de la forme, et mises en perspective avec ses précédentes expositions. La réflexion proposée et son application concrète décontenancent mais ne laissent pas indifférent. Plusieurs ensembles habitent l’espace et parviennent à créer une unité en dépit d’éléments à priori disparates.

Elodie Seguin ne cesse de développer ce concept, déjà présenté lors de l’exposition «Rien n’est Impossible» à la galerie Jocelyn Wolff en 2010, ou à celle intitulée «Debout Derrière Scène ouverte» au Centre culturel français de Milan.
Voulant sans cesse innover, et toujours creuser sa réflexion, elle prête attention à ne jamais reproduire les mêmes formes ou les mêmes installations d’une exposition à l’autre.

Pour cette nouvelle exposition, «Gestes et mesures à l’horizon des surfaces», les matériaux utilisés sont à la fois précaires, pauvres et vernaculaires (balais, planches, cartons, rideau, lampe halogène). Les formes créées ainsi que les couleurs choisies sont assemblées avec précision et prennent vie au sein de l’architecture dans laquelle elles se trouvent finalement intégrées.

critique

Gestes et mesures à l’horizon des surfaces