ART | EXPO

Frontières

07 Nov - 04 Fév 2008

A l’occasion de l’inauguration du nouveau décor du palais du Louvre réalisé par Anselm Kifer, le musée du Louvre propose un dialogue entre les dessins issus des collections du musée et ceux de l’artiste contemporain allemand.

Anselm Kiefer
Frontières

L’inscription permanente d’une œuvre du XXI siècle dans le décor et l’architecture du palais est le point d’orgue de la nouvelle politique en matière d’art contemporain du musée du Louvre depuis 2003. Ce projet ambitieux participe de l’histoire du palais qui fut depuis sa création un cadre architectural idéal pour les commandes de décors peints et sculptés. Anselm Kiefer succède ainsi a une longue série d’artistes comme Lebrun, Delacroix, Ingres ou encore Georges Braque en 1953.

La commande à de grands artistes vivants de renommée internationale permet de donner un caractère officiel et patrimonial à la création contemporaine, de faire découvrir à un large public non initié les créations des artistes d’aujourd’hui et d’affirmer le caractère universel du musée. Le décor d’Anselm Kiefer, une peinture monumentale sur le thème de l’autoportrait en gisant et des constellations, prendra place dans l’escalier conçu par les architectes Percier et Fontaine au XIXe siècle au nord de la colonnade de Perrault.

Le thème de la frontière occupe un rôle majeur chez Anselm Kiefer, artiste issu de la génération qui, formée en Allemagne de l’Ouest, a été touchée de plein fouet par les nouvelles questions identitaires consécutives à la réunification. La confrontation à la mémoire collective est centrale dans son oeuvre. Les sources d’inspiration revendiquées par cet artiste sont connues et citées : histoire contemporaine, traumatisme de la Shoah, l’Allemagne face à ses démons, la culture et les traditions juives (en particulier la kabbale), les cosmogonies antiques, égyptiennes ou sumériennes, les grandes épopées.
Les références à la littérature sont nombreuses : Paul Celan et Ingeborg Bachmann bien sûr, mais aussi le poète russe Vélimir Khlebnikov, Charles Baudelaire et d’autres grands écrivains français. Le Louvre a choisi de suivre avec lui des pistes moins explorées. En voici quelques-unes : celle du poète portugais Fernando Pessoa, celle du sociologue devenu philosophe Edgar Morin, celle du danseur afro-américain Bill T. Jones, celle de la musique transfrontalière du jeune violoncelliste Vincent Ségal entouré de musiciens du monde entier, celles, innovantes, des musiciens Jörg Widmann, Matthias Pintscher, Mark Andre et Frédéric Pattar.

L’inauguration de l’œuvre s’accompagnera d’un mois d’événements culturels conçus en étroite collaboration avec Anselm Kiefer, qui après Robert Badinter, puis Toni Morrison en 2006 est l’invité du musée. Autour du thème « Frontières » choisi par l’artiste s’entrecroisent les disciplines : littérature, musique contemporaine, danse, sciences, philosophie, histoire de l’art.

Artiste
Anselm Kiefer
Anselm Kiefer, né en 1945, grandit dans une Allemagne partagée, regardant les deux moitiés s’écarter et devenir étrangères l’une à l’autre. Il vit et travaille en France (Gard) depuis 1993.