ART | EXPO

Formes Brèves, Autres, 25

27 Jan - 08 Avr 2012
Vernissage le 26 Jan 2012

Une exposition qui se propose de réfléchir sur les transformations du livre et de la lecture à l’heure du numérique. Des artistes réalisent des œuvres entre sons, écritures et jeux de mots, et proposent au spectateur-lecteur une nouvelle manière de lire.

Anna Barham, Nina Beier & Marie Lund, Alejandro Cesarco, Amélie Dubois, Dora García, Fabio Kacero, David Lamelas, Ján Mančuška, Helen Mirra, Claire Morel, Tania Mouraud, Ewa Partum, Charles Sandison
Formes Brèves, Autres, 25

Livre numérique, livre électronique, livrel, e-livre ou e-book sont autant de nouveaux termes désignant les nouvelles formes que prennent le livre, le bouquin, l’imprimé ou le manuscrit. L’apparition et la diffusion de nouveaux outils pour la lecture viennent questionner les modes traditionnels de l’écriture et de la lecture qui se retrouvent aujourd’hui devant un grand défi.

Entrer dans un livre en trois dimensions, voici la proposition d’Anja Isabel Schneider qui a considéré son exposition comme une lecture en soi, soumise aux interruptions et suspensions engendrées par l’architecture du lieu. Les oeuvres choisies examinent les relations et interactions entre le texte et son lecteur, la condition, l’acte et le processus de lecture, d’où émerge le sens.

De la forme brève dans l’espace de Ján Man Uška aux poèmes conceptuels d’Ewa Partum, du palimpseste sonore d’Amélie Dubois à la taxinomie de mots inventés par Fabio Kacero, des jeux de lettres d’Anna Barham au ballet de mots de Charles Sandison, ces œuvres prédisent les changements de comportement des lecteurs à l’ère du numérique.

Cette exposition invite le spectateur à discerner, à déchiffrer, à construire, et à imaginer. Le projet d’Anja Isabel Schneider interroge les notions de lecture dans ses différentes modalités d’expérimentations, d’expériences et de structures. Cette exposition explore la question d’une lecture «fragmentaire» ou insaisissable, une lecture qui résiste et perturbe le lecteur. Est alors attribué à chaque liseur/visiteur un rôle essentiel, celui d’être acteur. Forme littéraire séculaire, les formes brèves privilégient certains genres artistiques: dédicace, poème de circonstance, index, brève, jeu de mots, mot d’esprit, haïku, fragment, maxime, etc…et sollicitent l’imagination créatrice du lecteur.

Celui-ci n’est plus seulement récepteur, mais devient producteur. Entre textes et lecteurs, les espaces générés par les formes brèves – espaces vides ou de latence – deviennent alors une pause, un moment de réflexion, une brèche pour l’inspiration, une invitation à la création…