ART | EXPO

Fleurs et Questions

22 Fév - 13 Mai 2007

Le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris présente la première rétrospective française des artistes suisses Peter Fischli et David Weiss qui, depuis 1979, élaborent une œuvre commune utilisant différents supports et médias tels l’installation, la sculpture, la photographie, le film et la vidéo.

Fleurs et Questions de Peter Fischli et David Weiss

Depuis 1979, les artistes suisses élaborent une œuvre commune utilisant différents supports et médias tels l’installation, la sculpture, la photographie, le film et la vidéo. Leur art, souvent ludique et expérimental, fait d’humour et de dérision, se situe dans la lignée de l’esprit dada. Ils portent un regard distancié sur notre société en créant de légers décalages, des détournements imperceptibles propres à révéler la dimension incongrue et poétique du réel. Se jouant de l’attente du spectateur, ils interrogent les conventions de l’art en associant les références à la culture savante et à la culture populaire. Peter Fischli & David Weiss comptent aujourd’hui au nombre des artistes contemporains dont l’oeuvre possède un fort pouvoir d’évocation du fait d’un humour à la fois subtil et «trash», détournant le malaise de notre époque et agissant de manière particulièrement revigorante.

L’exposition rassemble plus d’une vingtaine d’œuvres dont :

— La série des photographies «Airports» (1987-2006) confrontée à la série «Fleurs, Champignons» (1997-1998) joue des clichés de la beauté et de la banalité de paysages.

Soudain cette vue d’ensemble (1981-2006), à travers une centaine de sculptures façonnées dans de l’argile non cuite, évoque une histoire du monde.

— Le film, Le Droit Chemin (1983), met en scène les deux artistes en costumes de rat et d’ours, voyageant à travers le monde en quête de petites et grandes vérités.

— Le film, Le Cours des choses (1987), propose un étalage fascinant d’objets du quotidien parmi lesquels des théières, des pneus, des seaux ou encore des ballons, se percutant, et provoquant des réactions en chaîne absurdes amplifiées par des effets d’explosions et de collisions.

— La série de photographies «Un après-midi tranquille» (Équilibre) (1984-1985) présente des ustensiles domestiques saisis dans des assemblages à l’équilibre instable.

— Des sculptures en polyuréthane (1992-2000) minutieusement réalisées reproduisent fidèlement la multitude d’objets usuels présents dans l’atelier de Fischli & Weiss.

Monde visible (1987-2000), rassemble sous forme de projections une collection encyclopédique de 3 000 photographies issues de voyages des artistes.

— La projection de diapositives, Projection de questions (2002-2003), fait naître en français, anglais, allemand, japonais et arabe des centaines de questions philosophiques anecdotiques ou profondes, comme «Trouverai-je le bonheur?».

— «Fotografías» (2004-2005) propose une série en noir et blanc de photos prises par les artistes à partir d’images peintes.

Article sur l’exposition
Nous vous invitons à lire l’article rédigé par Philippe Coubetergues sur cette exposition à partir du lien ci-dessous.

critique

Fleurs et Questions

AUTRES EVENEMENTS ART