ART | EXPO

Ficcionario

14 Fév - 26 Avr 2015
Vernissage le 13 Fév 2015

Les films de Sebastian Diaz Morales tiennent tour à tour du conte, du rêve, du récit de voyage et du commentaire social. Oscillant entre réalité et fiction, il imbrique ces genres avec virtuosité dans un style très personnel et crée des atmosphères aussi intenses qu'étranges, qui pénètrent durablement l'imaginaire du spectateur.

Sebastian Diaz Morales
Ficcionario

Sebastian Diaz Morales réalise des œuvres de différents genres: le documentaire, le film épique, la narration, le film d’essai, le court métrage, les installations. Son travail se meut entre une passion de l’investigation documentaire qui provient peut-être en partie de la nature spectaculaire de son pays, la Patagonie, et un talent surprenant pour une narration fantastique, parfois ironique, teinté de scepticisme, et, en même temps immergée dans des aspirations utopiques. Ses vidéos oscillent souvent entre la réalité et la fiction prenant des formes narratives empruntées quelquefois à la science-fiction.

Son univers personnel, voire intime, nourrit discrètement ses œuvres qui touchent à l’universel par leur profondeur et leur temporalité ou intemporalité. Son regard intense et vif sur le monde qui l’entoure dessine une trace imaginaire indéfinissable, un fil conducteur qui nous entraîne et nous échappe. Vagabondage poétique qui irait en littérature de Saul Bellow à John Updike en passant par Schlink et Borges.

Influencé par l’avant-garde cinématographique latino-américaine, le documentaire et par les films d’art, il a développé un style reconnaissable, ses œuvres développent en effet une touche indéniable de poésie. Comme les membres de cette nouvelle génération d’artistes latino-américains, Sebastian Diaz Morales utilise le langage du cinéma jouant constamment sur les possibilités ouvertes par le numérique qui dissèque et recompose les images de ses films et de ses installations.

Sebastien Diaz Morales présentera sa première grande exposition monographique en France au Fresnoy – Studio national des arts contemporains avec une nouvelle installation intitulée Suspension. Une première étape de l’exposition a eu lieu au CAC de Vilnius en Lituanie du 31 janvier au 16 mars 2014.

«Sebastian Diaz Morales est un personnage de fiction. Personne n’est absolument homogène à chaque heure du jour et de la nuit. On offre en permanence une multitude de facettes de nous-même, on se transforme sous les rayons de la lune et le regard des autres, on se métamorphose selon la personne qui nous observe. […]

J’avais rendez-vous avec Sebastian Diaz Morales le vendredi 27 décembre à Amsterdam. […] Je l’écoutais évoquer son enfance en Patagonie et ses études de cinéma à Buenos Aires, sa bourse à la Rijksakademie au début des années 2000, son passage au Fresnoy, et, à mesure que nous nous approchions de son atelier, le réel semblait reprendre progressivement le dessus, comme si la part fictionnelle que j’avais décelée en lui était en train de fondre et se dissoudre lentement sous la pluie qui continuait de tomber.» (Jean-Philippe Toussaint)