DANSE | SPECTACLE

Festival (tjcc). Blickakte

26 Juin - 27 Juin 2014
Vernissage le 26 Juin 2014

Dans les années 60, la République populaire de Chine offre un théâtre national à la Somalie. Plusieurs guerres civiles et un attentat-suicide le détruisent. Partant de cet épisode historique, Daniel Schauf, avec sa pièce Blickakte, interroge le concept d’identité culturelle.

Daniel Schauf
Festival (tjcc).
Blickakte

Alors que les images d’une famine en Somalie apparaissent à nouveau dans les medias internationaux, un jeune journaliste accompagne un exilé somalien dans son voyage d’affaires en Somalie. Ils s’orientent vers le dernier commerce que la Somalie peut offrir au monde : la production de la myrrhe. Au cours de son voyage, le journaliste rencontre un artiste taiwanais, un homme d’affaires chinois et le Théâtre National de Somalie.

Ahmed Jama Aden est né au début des années 80 d’un diplomate somalien à Bonn en Allemagne. Après la désintégration de la République Démocratique de somalie en 1991, sa famille perd son statut diplomatique et se réfugie en République Fédérale d’Allemagne, récemment réunifiée. En 2010, Ahmed crée sa propre entreprise, la Mercatus Harze UG, pour importer vers l’Allemagne de la myrrhe en provenance de Somalie. Cette entreprise le conduit à faire son premier voyage dans le pays de ses parents. Un pays à l’état d’échec, dans lequel le respect des engagements est sans espoir.

Bee Chang est née au début des années 80 à Taiwan. Elle étudie le chant lyrique dans une Académie renommée de Taiwan. Sa formation est plus orientée vers la musique et l’esthétique européenne. A la fin de ses études, elle part pour l’Allemagne afin de poursuivre sa carrière de chanteuse d’opéra.

Durant l’été 2011, un jeune journaliste voyage de Berlin en Somalie en dépit de tous ses doutes concernant la sécurité d’une telle démarche. Alors qu’il voyage avec Ahmed Jama Aden, la Somalie est l’objet d’une couverture médiatique internationale en raison d’une grande sécheresse dans la région.

L’homme d’affaires chinois Liu Xhenfang découvre l’entreprise d’Ahmed Jama Aden, Mercatus Harze UG, sur un site internet pour grossistes. Il décide d’accompagner Ahmed dans son voyage en Somalie pour vérifier la qualité de la myrrhe.

Jabril Abdulle est le directeur du Centre de Recherche et de Dialogue somalien. Son projet le plus important est de relancer l’activité du Théâtre National de Somalie à Mogadiscio. Le Théâtre National d’une nation qui a cessé d’exister à bien des égards, un théâtre qui est plus un symbole et un récit qu’une institution en état de marche.

Ces éléments sont le point de départ à notre tentative d’élaborer un récit bio-géographique de notre temps. La route de la myrrhe, de l’Afrique à l’Europe, exprime non seulement le réseau complexe de notre monde, mais permet également un coup d’œil plus approfondi sur les modes spécifiques que nous utilisons quand nous approchons les autres, quand nous rencontrons, représentons ou écrivons sur quelqu’un ou quelque chose qui nous est étranger.